Le Pavillon des Jades (2)

Bi Yu Lou

Bi Yu Lou

On trouvera ci-dessous la reproduction de l’introduction, des extraits du répertoire, l’avertissement à la traduction de Bi Yu Lou 碧玉樓 : Le pavillon des Jades
Roman érotique. Traduit du chinois par Aloïs Tatu et présenté par Pierre Kaser.
Arles : Éditions Philippe Picquier, Collection « Le pavillon des corps curieux », 2003, 164 p.

Introduction

[Les mots suivis d’un astérisque sont expliqués dans le « Répertoire » ci-dessous.]

      « Depuis toujours, bien lire consiste à considérer les choses sous tous les angles et non d’un unique point de vue.
Cette sorte d’écrit ne déroge pas à la règle. »
Li* Yu (1611-1680), Rouputuan* (Chair, tapis de prière).

Qui présente un roman* érotique chinois en langue vulgaire se sent généralement obligé de donner à son geste les justifications les plus nobles. Mais qu’il le fasse à la va-vite ou avec la pertinence volubile de l’expert, il est plus ou moins condamné d’affirmer bien fort que l’ouvrage qu’il ose livrer « révèle un aspect mal connu de la forêt des Lettres chinoises », ou/et, « lève un pan du voile qui pèse sur les mœurs de ces Chinois d’antan », s’il ne veut pas se faire accuser d’être (je résume) un opportuniste pervers prompt à tremper sa plume dans la fange pour récolter le maigre fruit de son labeur 1.Ce faisant, il a mille fois raison et on devrait l’en remercier plutôt que de le vilipender aussi injustement, car, sachez-le, la tâche n’est pas aussi aisée qu’on le pense généralement. Néanmoins personne ne sera en mesure de l’assurer que sa noble entreprise soit effectivement envisagée par chacun de ses lecteurs sous l’angle pour le moins élitiste qu’il propose d’explorer. Mais après tout, pourquoi s’en formaliserait-il quand il s’est — le croit-il — habilement couvert et qu’il a conscience que son crime, si c’en est un, est bien mineur comparé au déballage sexuel online à la portée de toutes les souris du monde.
Certes, mais qu’il s’en tire en virtuose ou en sagouin, qu’il y mette de la malice ou une bonne dose de candeur, il a, nous semble-t-il, tort de s’estimer quitte. Il reste à notre aventurier en chambre à prendre une ultime précaution avant de lâcher sa prose parmi la multitude.

En effet, qui lui dit qu’il ne se trouvera pas parmi elle quelqu’un qui prendra le tout au pied de la lettre, ne parvenant pas à distinguer clairement la fiction de la réalité, la fantaisie la plus décousue de la description fidèle de mœurs parfois fort exotiques ?
Précaution inutile, argutie spécieuse, allez-vous penser ? Que nenni !

L’exemple le plus frappant d’ingénuité malheureuse ne fut-il pas fourni, il n’y a pas si longtemps de cela (disons une quinzaine d’années pour le moins), par un éminent académicien féru de Chine dissertant pompeusement sur le sexe des Chinois alors qu’il était embarqué sur un frêle esquif voguant sur le lac d’un site célèbre, chinois bien entendu. Une poignée de téléspectateurs attentifs ou déjà assoupis put, en effet, l’entendre apporter tout son crédit d’expert ès Chine à la facétie la plus farfelue qui distingue le roman emblématique du genre qui nous concerne aujourd’hui, à savoir la greffe d’un sexe de chien sur un être humain !

De fait, on ne peut guère en vouloir à cet amoureux de la Chine d’avoir trop vite lu La chair comme tapis de prière (Pauvert, 1961), la seule traduction française alors disponible du Rouputuan puisque celle-ci était livrée sans appareil critique digne de ce nom et surtout sans les commentaires de l’auteur qui, on va le voir, avait anticipé les égarements que pouvaient induire ses irrésistibles élucubrations 2.

On peut certes sourire à l’évocation de cette bévue, mais ne doit-on pas également se demander si le lecteur français de romans chinois anciens d’aujourd’hui se trouve véritablement en meilleure posture que les amateurs éclairés d’hier et d’avant-hier ?
Il le devrait puisqu’il a dorénavant à sa disposition un nombre assez conséquent d’ouvrages d’excellente qualité sur la Chine. Mais, tout compte fait, s’agissant de la vie sexuelle des Chinois, est-il vraiment mieux armé qu’un Vénusien lambda du XXIIIe siècle qui n’aurait en tentacules qu’une poignée de films classés X pour élaborer sa perception de la sexualité des Terriens à la fin du siècle dernier ? Pas sûr !

Ses difficultés viennent en grande partie de ce qu’il est généralement assez peu versé dans les arcanes de la culture chinoise et le plus souvent ignore tout de ses extravagances. De plus, s’il est vraiment passionné, il a plus de chance de tomber sur des ouvrages de vulgarisation pas toujours recommandables, voire des sommes concoctées par des experts ès tout, que de croiser sur sa route les écrits des meilleurs sinologues, lesquels ne font que trop rarement l’effort de se mettre à la portée du curieux de bonne volonté ou de lui fournir des passerelles vers ce monde extraordinairement merveilleux qu’est la culture chinoise ancienne.

C’est que le roman, pas seulement érotique s’entend, pose, c’est un truisme, le problème de façon encore plus compliquée que tous les autres matériaux puisqu’il mêle intimement la réalité à la fiction. En même temps qu’il nous apprend, comme le signalait déjà Antoine Bazin* (1799-1863) beaucoup sur le quotidien des Chinois d’antan3, il nous ouvre des fenêtres sur ce qui taraude son imaginaire, sur ses désirs secrets ou inavoués, ses peurs, ses angoisses et la source de certaines de ses joies. Dès lors, bien malin qui démêlera tout cela sans s’emmêler jamais les pinceaux.

Force est donc de constater que le lecteur contemporain se retrouve, comme le fut, à son heure, le missionnaire Jésuite des XVIIe et XVIIIe siècles4, tout aussi vulnérable que le coiffeur-friseur mis en scène par l’iconoclaste Li Yu (1611-1680) dans une de ses inventions romanesques que nous avions traduite voici quelques années5. L’humoriste frondeur y montrait justement comment un pauvre bougre un peu naïf tente vainement de renouveler l’exploit du héros romantique à la mode dans la Chine du Sud de la fin des Ming (1368-1644), le vendeur d’huile du fameux conte diffusé en 1627 par Feng* Menglong  (1574-1646)6.

Alors que dans le récit de Feng, un petit colporteur réussit grâce à une pieuse persévérance et un dévouement admirable, à épouser la prostituée la plus courtisée de la ville, chez Li Yu, le jeune garçon se fait rouler de belle manière et n’échappe à un sort funeste que grâce à un concours de circonstances des plus tirés par les cheveux. À ceux qui n’auraient pas compris la leçon, Li Yu signale qu’« il serait dommage qu’ils deviennent à leur tour les victimes de ces romans et autres pièces de théâtre assassines qui pourrissent les cœurs et mettent si cruellement en péril les économies durement gagnées à la sueur du front. »

Manifestant toujours le même goût pour les paradoxes, Li Yu sera encore plus clair dans son œuvre la plus « controversée », le Rouputuan ou Chair, Tapis de prière, en revenant, dans un commentaire de fin de chapitre, sur l’invention la plus saugrenue de son œuvre romanesque la plus… aboutie7 :

« Le roman est parabole et, par conséquent, ce qu’il exprime n’est pas automatiquement conforme à la réalité. C’est pourquoi j’espère que ceux qui liront celui-ci ne se méprendront pas sur l’intention de son auteur en ne s’attachant qu’au pied de la lettre.
« La greffe du sexe de chien sur un homme est une véritable aberration qui nous invite à voir dans les actions accomplies par Weiyangsheng [le héros de la fable] des actes purement bestiaux. De même, lorsqu’au troisième chapitre il jure fraternité avec Sai Kunlun [un maître voleur] qu’il va jusqu’à considérer comme son frère aîné, il est sous-entendu que la valeur morale et les aspirations du jeune homme sont loin de valoir celles du brigand. Ces deux points ne sont rien d’autre que l’expression d’une condamnation catégorique et une tentative pour nous le montrer sous les traits d’un vil escroc et d’un cabot malpropre. On ne doit pas plus confondre condamnation et éloge que faire l’amalgame entre imagination et réalité, pas plus que l’on ne doive penser qu’il est juste de mutiler les chiens ou de s’acoquiner avec les voleurs, car celui qui se charge de mettre en garde sera lui-même accuser d’être le propagateur du vice qu’il dénonce, et il souffrira à son tour des maux qu’ont depuis toujours endurés les gens de lettres. »

Évidemment, l’ironie dont fait preuve ici Li Yu, humoriste moraliste, médecin de l’âme par vocation, pour livrer toutes ces mises en garde dignes des conseils de « grand-mère », mériterait qu’on s’y attarde plus longuement. On y sent néanmoins à la première lecture s’exprimer la sincère volonté de pousser, coûte que coûte, le lecteur à la réflexion et le désir de lui éviter, malgré tout, de « tomber dans le panneau » en croyant à la réalité d’une opération chirurgicale permettant à un homme de se faire allonger le sexe.

Cette mise en garde devrait par la même occasion mettre les lecteurs du Pavillon des Jades à l’abri d‘une bévue similaire. Même si aucun chien n’y est impliqué, on retrouve dans le petit roman qu’on va bientôt pouvoir lire l’évocation d’une de ces « manipulations douteuses » qui ont de quoi faire fantasmer les plus sensibles et les moins avertis de nos lecteurs.

Mais avant d’y venir, hasardons un dernier commentaire oiseux. L’évocation du sexe et des pratiques sexuelles chinoises a bien souvent conduit de brillants esprits, et des moins brillants naturellement, à perdre leur sang-froid 8.

Il est bien naturel que le sexe des Chinois et la façon dont ils en usaient n’ayant jamais cessé de titiller les esprits occidentaux, on ait écrit à leur sujet beaucoup de bêtises. Pour un savant érudit de la stature d’un Robert van Gulik*, pionnier en la matière, combien d’amateurs verbeux imbus d’un savoir tout frais ou déjà obsolète puisé dans de mauvais manuels ou bricolé à partir de lectures plus ou moins bien digérées ?

Bien loin des clichés qui obscurcissent encore trop souvent la vue des commentateurs, les Chinois ont sans nous en demander la permission commencer de réinvestir leur sexualité. Le mouvement est bel et bien lancé. Rien ne devrait pouvoir l’arrêter, pas même les sursauts sporadiques d’une censure aussi impuissante que brutale. Ce faisant, ils l’interrogent dans de nombreuses publications savantes 9, en évaluent les mérites sur la santé, l’équilibre familial et sont quotidiennement témoins de ses égarements et des ravages causés par son abus 10. Le moment est sans aucun doute venu de commencer à réévaluer nos connaissances à la lumière de la foule de nouveaux éléments à notre disposition 11.

Le roman — Bi Yu Lou — que nous avons le plaisir de présenter ici dans sa première traduction toutes langues confondues réalisée grâce aux bons soins d’Aloïs Tatu à qui nous devons également d’avoir pu lire récemment un Moine* Mèche-de-Lampe (Dengcao heshang zhuan) particulièrement osé 12, ne constitue qu’une infime partie d’un puzzle dont il serait bon qu’on définisse un jour les contours et la physionomie ; mais venons-en, enfin ! à ce roman que d’aucuns qualifieront de cochon qui, si l’on veut bien s’en donner la peine, nous apprendra des choses passionnantes. Nous nous contenterons pour l’heure que de pousser quelques portes dont certaines étaient déjà entrebâillées 13.

Le Pavillon des Jades (Bi Yu Lou)

La seule édition connue de Bi Yu Lou porte la préface suivante :

Tous les livres coquins qu’il m’a été donné de lire se contentaient de tourner autour du pot, se complaisant dans le commun sans ménager la moindre surprise.
Seul le Pavillon des Jades s’exprime sans ambages. Non seulement son style est resplendissant et sa tournure rafraîchissante, mais il ouvre de nouveaux horizons, débarrassant le lecteur de ses tracas tout en lui ouvrant l’esprit. Mais plus encore, il n’est pas vain, il incite autrui à se réformer, à ne se pas complaire dans l’infamie. En somme, c’est une œuvre fabuleuse qui met en garde le monde.

Préface accrocheuse s’il en est, dont le ton ne surprendra pas l’amateur de roman* chinois en langue vulgaire 14. On y instruit le lecteur — et acheteur potentiel, qu’il va retrouver tous les éléments qui ont assuré le succès du genre romanesque : l’originalité, une écriture maîtrisée, l’assurance d’un amusement qui porte sa dose d’enseignement.
Voyons rapidement si l’auteur – qu’on ne connaît pas – mais cela est-il vraiment important ? tient parole.

De fait, celui qui connaît bien le roman chinois en vernaculaire, quand bien même n’y-a-t-il accès qu’à travers l’ensemble des traductions disponibles, risque de trouver que Le Pavillon des Jades manque un peu de fraîcheur.

En effet, il semble bien qu’avant de devenir à son tour source d’inspiration pour Histoires libertines du plaisir (Huanxi langshi), un petit roman en douze chapitres lui aussi anonyme, il a allègrement puisé sa substance dans le grand pot de la création romanesque en langue vulgaire. Fort heureusement, il n’en a retenu que la crème.

Sur lui plane naturellement l’ombre de l’incontournable modèle du genre, le roman-fleuve bien connu Jin* Ping Mei. Son influence n’est pas seulement sensible dans l’emprunt du procédé qui a permis de composer le titre lequel est constitué de caractères tirés des prénoms de trois personnages féminins 15. On la retrouve tout au long des 18 chapitres de ce petit cousin, certes éloigné mais pas indigne d’attention, loin de là.

Une autre influence notable est celle des contes qui fleurirent au milieu du XVIIe siècle. Ceux de Feng Menglong bien entendu et notamment l’un des plus réussis, à savoir « La Tunique* de Perles » dont la courtière Xue a servi, à n’en pas douter, de modèle pour l’entremetteuse Feng laquelle s’illustre en fournissant une variante cocasse au stratagème déloyal permettant à un séducteur de posséder une femme délaissée par un mari parti au loin faire fortune. Ce n’est là, en fait, que la partie la plus visible d’une dette encore plus importante.

Comment ne pas sentir également le souffle réchauffé d’Amour et Rancune ou Huanxi yuanjia (1640)16 traverser Le Pavillon des Jades. Un exemple parmi d’autres : comme dans la « Confiance déplacée17 », 19e des 24 contes que comprend ce recueil, Toubon, son héros, est trompé par un ami qui le cocufie de belle manière. Les permutations de l’épilogue ne s’effectuent pas selon le même schéma, mais l’esprit de cette collection qui fournira tant de thèmes aux romans érotiques tardifs, est perceptible.

On y hume tout autant les émanations — d’aucun dirait les miasmes – d’un bon nombre de romans coquins en circulation à la fin des Ming et au début des Qing. Sur ce terrain le lecteur français est de loin le mieux armé pour en juger car il dispose d’une bonne quinzaine de dignes représentants de cette catégorie d’œuvres que les histoires de la littérature omettent généralement de signaler 18.

Si, précédemment, il a été aussi abondamment fait état de Li Yu et de son Rouputuan, c’est non seulement parce que Li Yu posait très clairement le problème du rapport entre la réalité et la fiction, mais aussi et surtout parce que Le Pavillon des Jades semble bien avoir une dette envers eux.

Ne retient-il pas, entre autres, un des motifs principaux du Tapis de Chair ? Le voici exprimé en quelques mots : un homme déduit de ses performances sexuelles qu’il doit se faire allonger l’organe du plaisir. Fort de ce constat, il livre sa virilité à l’attention d’un maître de l’art qui lui rend ce service. Dans le Rouputuan, l’expert procède à la greffe d’un organe de chien ; ici, l’application d’une potion et un traitement d’une centaine de jours permettent d’obtenir un résultat aussi satisfaisant. Il est vrai que la première solution avait dû surprendre et effrayer plus d’un lecteur ; la deuxième semble aller de soi dans un contexte où la chirurgie peut passer pour une véritable aberration.

Il en va de même avec les personnages qu’avec les situations. Les emprunts semblent nombreux, mais, pourquoi s’en plaindre. On aura, en effet, bien du mal à trouver un autre ouvrage aussi court capable de convier tout à la fois un homme qui ose se faire rectifier le sexe avant d’en faire profiter trois conquêtes éprises de lui et de ses dons, une beauté sensuelle qui ne peut concevoir la vie sans le contact d’un corps viril, un cocufieur qui perd la vie à cause de son goût pour la bagatelle, un brave au bras vengeur qui se pique de sanctionner le cocufieur éhonté, un juge clairvoyant et pour le moins libéral, une renarde* aimante qui échappe à la mort pour revenir se venger de son amant ingrat, une épouse délaissée qui s’échauffe à l’évocation des plaisirs charnels avant de s’enflammer à la première caresse bien placée, une entremetteuse qui facilite les rencontres des autres sans oublier de travailler à son propre intérêt, un commerçant qui va au loin chercher fortune et oublie sa famille, revient finalement constater les dégâts avant d’offrir une nouvelle chance à celle qui l’a trompé, une jeune soubrette livrée aux assauts de son maître qui y perd et sa virginité et la vie, un joli cœur sans foi ni loi qui s’embrase dès qu’il frôle un membre du sexe opposé, un vieux marchant qui s’épuise à satisfaire sa jeune épouse à la sensualité trop prononcée, sans compter un lot de servantes zélées et, last but not least, un maître ès choses du sexe particulièrement performant. Tous sont, qui plus est, conviés à une exploration au pas de charge d’un large éventail de tonalités narratives qui va, pour faire vite, de la comédie naturaliste à la féerie érotisante.

Quel programme ! Inutile de crier au poncif et de traîner les pieds : il nous semble qu’une bonne part du plaisir que peut produire la lecture du Pavillon des Jades réside, non pas dans l’éphémère séduction de l’inédit, mais dans la multiplicité des liens avec d’autres textes qu’il offre à la sagacité du lecteur.

Que le novice et le réfractaire à ce que Gérard Genette a appelé la « lecture relationnelle19 » se rassurent, une approche au premier degré, leur apportera également son lot de satisfactions. Ils seront d’autant plus ravi s’ils apprécient le style rugueux et direct des œuvres du second rayon. Car, comme l’annonce le préfacier, l’auteur « ne tourne pas autour du pot ».

Cette promptitude à satisfaire celui qui avant tout cherche à lire des anecdotes croustillantes se fait au détriment d’un style qui va à l’essentiel et ce faisant laisse passer quelques incohérences que les aléas de la transmission du texte n’ont fait que renforcer20. On est loin du style orné de certaines productions qui usent et abusent des citations littéraires et des métaphores fleuries.

De fait, l’auteur du Pavillon des Jades n’a pas ménagé sa peine. Les scènes de sexe s’enchaînent à un rythme soutenu. Seuls quatre chapitres, à savoir les 4e, 9e, 13e et 18e, ne contiennent pas de passage érotique explicite. A n’en pas douter, c’est dans ce registre que l’auteur entend marquer des points. Pourtant, il conserve une remarquable mesure, ne proposant que des descriptions de relations amoureuses hétérosexuelles entre un mari et sa femme, et chacun d’entre eux avec une maîtresse ou un amant. Et bien que l’une des beautés troublantes que l’on va croiser soit une fée renarde et que par deux fois son commerce avec le héros se fait en rêve, rien ne diffère dans leur traitement narratif.
Quant aux positions, elle varient peu, mais laisse place à l’expression d’une certaine sensibilité. On s’y embrasse la bouche, on y palpe des seins que l’on lèche à l’occasion. Au chapitre 8, Jade n’hésite pas à jouer de la flûte avec le sexe de son mari pour aiguiser son désir de lui ; tout du long, une attention particulière est portée par les hommes aux petits pieds* bandés de leurs partenaires ; les sécrétions vaginales tiennent elles aussi une place non négligeable dans l’économie du rapport amoureux. Mais n’en déplaise à ceux qui en ont fait une religion, le roman est indemne de tout catéchisme mystico-taoïsant en liaison avec une hygiène sexuelle reposant sur la vision d’un monde régi par l’interaction de deux forces opposées et complémentaires – le yin et le yang.

Si on devait la qualifier, on pourrait dire que la sexualité qui s’expose dans le Pavillon des Jades est tout à la fois saine et sportive, entièrement tournée vers la satisfaction du désir légitime des personnages d’user de leur corps comme bon leur semble et avec qui cela leur plaît. Le désir sensuel y naît de la vision des corps, le plus souvent exacerbée par l’alcool qui coule à flots. Le traitement suivi par Toubon ne fait pas de lui une bête de sexe, mais un amant fort efficace et apprécié, comme s’il s’agissait non pas d’une transformation radicale, mais plutôt d’une mise à niveau indispensable pour une épouse exigeante.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, celui où, selon Etiemble* « hommes et femmes y forniquent à l’abri de toute angoisse existentielle, de toute peur de la mort, de tout remords religieux21 », s’il n’y avait cette scène troublante du chapitre 12 dans laquelle notre héros porte son dévolu sur sa plus jeune soubrette, aussi vierge de tout rapport que totalement inexpérimentée. Certains ont voulu déceler là la trace d’un sadisme pourtant réputé inconnu des Chinois. S’il ne fait aucun doute que Toubon se conduit comme le plus méprisable des monstres, à y regarder de plus près, il est loin de partager les goûts des créatures les plus répugnantes du Marquis de Sade. En aucune façon, il ne retire de satisfaction de la vison du traitement qu’il fait subir à la jeune fille ; il est entièrement tourné vers son propre plaisir. Il s’agit ni plus ni moins d’un viol lequel aura des conséquences funestes pour elle, mais aussi pour lui. Sa description scrupuleuse porte en elle la dénonciation des abus auxquels les maîtres de maison pouvaient se livrer en toute impunité sur leurs soubrettes sans défense. Sa cruauté a sans aucun doute à voir avec le dessein de l’auteur de donner une pertinence morale à son ouvrage ; c’est du reste ce que le préfacier nous avait promis.

Dès lors qu’il se prive de tout recours à des apartés philosophiques, notre auteur, comme la plupart de ses collègues du reste, doit se contenter de porter son message en appliquant à ses personnages la règle de la rétribution des actes ou baoying. Cette règle importée en Chine par le Bouddhisme découle de la croyance que chaque action ou karma produit un résultat, bon ou mauvais, et est porteur de ses propres conséquences. Les bonnes actions sont récompensées, les mauvaises punies maintenant et dans le futur. Elle était suffisamment répandue en Chine où elle fut relayée par l’école taoïste, pour toucher chacun.

Observer le sort réservé aux personnages principaux permet donc d’évaluer le degré d’ouverture d’esprit de l’auteur qui, soyons-en sûr, ne doute pas un instant de sa capacité à contribuer, à sa manière, à édifier et à éduquer par l’exemple ses contemporains. Celui-ci n’est du reste concerné que par le temps présent. On ne saura donc rien des jugements que serait amené à rendre Yama, le Roi des Enfers, à qui revient le travail harassant de diriger le Bureau des Enfers (Mingfu) où sont consignés sur un registre les mérites et les démérites et d’assigner à chacun sa réincarnation.

Il est clair que l’auteur a moins d’indulgence pour les écarts que commettent les hommes que pour ceux dont les femmes se rendent coupables.

Ces dernières, à savoir Jade et Lolotte, ne paient pas très cher leurs aventures extra-conjugales. Certes, l’une et l’autre connaissent des désagréments passagers, mais elles finissent par retrouver un environnement propice à leur épanouissement et à se partager sur un pied d‘égalité le même mari compréhensif, un marchand qui a le sens des réalités.
Mis à part la jeune Belle qui paie de sa vie les égarements de son père, et la renarde immortelle qui se joue de la mort et évolue dans un autre espace, la gent féminine est jugée avec un remarquable libéralisme. La femme volage est moins coupable que son mari qui la délaisse. Celui-ci, commerçant de son état – détail qui n’est pas neutre, se montre d’une grande sagesse en épargnant son épouse. Cela lui vaudra de récupérer la femme de celui à qui il doit d’avoir porté un temps des cornes. C’est du reste lui qui fournit la moral du roman : « Ainsi va le monde ! Celui qui abuse d’une femme mariée, livre la sienne à autrui ; celui qui abuse de la fille d’autrui, voit la sienne humiliée. Ainsi va la règle de la rétribution des actes, qui pourrait s’en abstraire ? »

En tout cas pas les séducteurs à qui l’on doit l’ensemble des scènes lestes de ce roman. Tous deux se voit débarrasser de leur tête par un couteau vengeur : Toubon doit son sort funeste autant à la trahison d’un engagement fait à une renarde aimante qu’au viol assassin d’une jeunette, action où il se retrouve être l’artisan de la rétribution des actes du père de sa victime lequel a trahi son amitié en le cocufiant. Le destin de ce dernier est encore plus rapidement scellé. Son écart lui vaut une mise à mort sur le champ de bataille amoureux par un redresseur de torts dont on ne sait ce que lui vaudra cet homicide sanctionné par la justice des hommes par une simple correction et un exil temporaire. Car ici, couper la tête d’un cocufieur est moins répréhensible que de séduire une femme mariée. On en conclura que la vison du monde de Xiuzheng shanren, le Reclus de la Restauration de la Rectitude, pseudonyme derrière lequel se cache l’auteur, ne manque pas de relief. S’il est lettré, il est proche du milieu des marchands lesquels ne pouvaient qu’apprécier ce genre de divertissement, facile à lire, les présentant sous un jour positif et portant un message à leur attention.

L’histoire ne dit pas combien d’entre ceux qui le lurent sur les routes de Chine à mille lieues de leur épouse sont rentrés précipitamment chez eux pour veiller au grain et chérir celle qui n’avait pas mérité de connaître la douleur de l’isolement et l’inhumaine froideur de la couche solitaire.

Notes de l’introduction

1. Voir la férocité des termes employés naguère par Etiemble* (1909-2002) dans L’érotisme et l’amour (Paris : Le livre de Poche, “Biblio/essais”, 1987, p. 147-148) à l’encontre du recueil de contes à l’érotisme pourtant bien timide traduits par Rainier Lanselle sous le titre  Le Poisson de jade et l’Epingle au Phénix. Douze contes chinois du XVII siècle (Paris : Gallimard, 1987).
2. Fruit de la collaboration d’un sinologue anonyme et de l’écrivain Pierre Klossowski, elle a depuis été rééditée (collection « 10/18 », 1995) et concurrencée par une nouvelle traduction également livrée sans les commentaires aux éditions Philippe Picquier sous le titre De la chair à l’extase, roman érotique traduit du chinois par Christine Corniot, 1991, repris en « Picquier-Poche »,  n° 19, 1996.
3. « [Ce] genre de littérature, réputé frivole, peut nous apprendre sur la Chine et ses habitants une foule de choses que nous ignorons en Europe » (Chine moderne ou descriptions historique, géographique  et littéraire de ce vaste empire  d’après des documents chinois,  Seconde partie.  Paris, Firmin-Didot, 1853, p. 475.
4.  J’en veux  pour  preuve l’aveu que fit le Père Le Comte* (1655-1728) à son retour de Chine :  « Ce que je vous en ay dit, est sur le rapport des Chinois, et sur la foy de quelques relations, dont les auteurs sont connus, et que je ne voudrois pas condamner » (Paris, J. Anisson, 1696). Pour une édition moderne de ce texte, voir Louis Lecomte, Un Jésuite à Pékin,  Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Chine,  1684-1692, texte établi, annoté et présenté par Touboul-Bouyeure, Paris : Phébus, 1990, 554 p., p. 226-237. Plusieurs passages montrent clairement que Lecomte tenait pour véridique certains passages des romans et nouvelles qui circulaient au moment où il était en Chine.
5.  Voir « Reine de cupidité », dans Li Yu, A mari  jaloux, femme fidèle. Arles : éditions Philippe Picquier, 1990 repris en « Picquier-Poche »,  n° 95, 1998, p. 151-181.
6. Ce conte intitulé « Le marchand d’huile conquiert seul la Reine des Fleurs » figure dans  le troisième  volume des Trois Paroles. Il constitue le septième chapitre du Jingu qiguan  (vers 1630), anthologie de quarante contes admirablement rendus en français par Rainier Lanselle sous le titre de  Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois.  Paris : Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1996 (cf. p. 201-279 et 1721-1737).
7. On trouvera ce commentaire (à savoir celui du chapitre 8) et ceux des autres chapitres ainsi qu’une notice sur le roman dans Chan Hing-ho, Dars Jacques (ed.), Comment lire un roman chinois. Anthologie de préfaces et commentaires aux  anciennes œuvres de fiction. Arles : éditions Philippe Picquier, 2001.  p. 179-196.
8. Impossible de ne pas citer à cette occasion ce que Simon Leys a si joliment écrit sur ce sujet dans La Forêt en feu (1983) : « La Chine est un de ces singuliers révélateurs que, semble-t-il, nul n’aborde impunément  : rares sont les auteurs qui savent en traiter sans exhiber leurs fantasmes intimes ; dans ce sens, qui parle de la Chine parle de soi. Bien sûr, la part fantasmagorique est toujours en proportion inverse du savoir réel. » (Essais sur la Chine. Paris : Robert Laffont, collection « Bouquins », 1998, p. 598).
9. Il est bien dommage que l’œuvre déjà imposante de Liu Dalin* soit encore réservée aux seuls sinisants.
10. Plusieurs gros volumes ne suffiraient pas à épuiser le sujet, mais une petite anthologie des faits divers de la Chine actuelle serait bienvenue pour remettre quelques pendules à l’heure et relativiser les hardiesses d’écrivains modernes qui font les choux gras des éditeurs, car, en l’occurrence,  la réalité qui s’affiche dans les journaux et sur internet dépasse souvent la fiction la plus débridée !
11. On ne peut déjà plus écrire (comme le fait quelqu’un de généralement mieux informé, à savoir Jean-Jacques Pauvert)  que « le sexe n’a pas droit de cité en Chine et que le roman coquin n’y a fait qu’une fugace apparition » (Jean-Jacques Pauvert, La littérature érotique. Paris : Flammarion, coll « Dominos », 2000, 128 p., p. 65-66.
12. Aux éditions Philippe Picquier, collection « Pavillon des corps curieux », « Picquier-Poche » n° 173 (1996) 2002.
13.   Bien que fort peu diffusé et donc peu lu, Bi Yu Lou a fait l’objet d’une poignée de  courtes présentations critiques dans différents ouvrages chinois que nous signalons dans l’ Avertissement.
14. Cf. Chan Hing-ho, J. Dars (ed.), Comment lire un roman chinois, éd. citée.
15. […] Aloïs Tatu avait même proposé une traduction alternative  du  titre, laquelle était : Jade, Belle, Lolotte  (et les autres).
16. « Le Pavillon des corps curieux » le proposa en deux volumes, tous deux traduits par André Lévy : Les Spectacles curieux du plaisir (1997)  et  Les Miroirs du désir (1999).
17. Cf. Les Miroirs du désir, p. 171-191.
18. En dresser la liste exhaustive reviendrait à fournir la rubrique Chine ancienne des  catalogues des Editions Philippe Picquier et de la collection dirigée par Jacques Cotin qui ont largement contribué à faire connaître ce pan de la littérature chinoise ancienne encore interdit aux Chinois de République Populaire de Chine qui n’ont pas accès à internet où on les trouve presque tous.
19. Le passage est trop bien tourné pour ne pas être cité in extenso : « L’hypertexte nous invite à une lecture relationnelle dont la saveur, perverse autant qu’on voudra, se condense assez bien dans cet adjectif inédit qu’inventa naguère Philippe Lejeune : lecture palimpsestueuse. Ou, pour glisser d’une perversité à une autre : si l’on aime vraiment les textes, on doit bien souhaiter, de temps en temps, en aimer (au moins) deux  à la fois. » (Palimpsestes. La littérature au second degré. Paris : Le Seuil, coll. « Poétique », 1982), p. 152.
20. Des passages des chapitres 3, 8 et 12, nettement plus courts que les autres, auraient bien pu passer à la trappe d’une réédition peu scrupuleuse.  C’est ainsi, pour ne prendre qu’un exemple,  que la jeune Belle se voit créditer de « deux ou trois ans » de plus au chapitre 12 alors que rien n’indique  qu’une durée identique se soit écoulée pour les autres personnages. Le stratagème de la renarde pour assurer sa vengeance laisse également perplexe (chap. 16).
21. L’érotisme et l’amour, éd. citée, p. 46.

Répertoire (extraits)

  • BANDÉS (PIEDS —) ou PETONS MIGNONS. Les jinlian ou lotus d’or, métaphore bien connu pour parler des pieds bandés des Chinoises. Dans ses Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Chine, le Père Louis Le Comte* écrivait à leur sujet : « Mais ce qui distingue [les Chinoises] de toutes les autres femmes du monde et qui en fait presque une espèce particulière, est la petitesse des pieds ; et c’est le point le plus essentiel de leur beauté. Cela est surprenant et ne se peut comprendre. Cette affectation va même quelquefois à un excès qui passerait pour folie, si une bizarre et ancienne coutume, qui en ce mode, prévaut toujours aux idées les plus naturelles, ne les obligeait de suivre le torrent, et de s’accommoder à l’usage du pays. Dés que les filles naissent, les nourrices ont grand soin de leurs lier étroitement les pieds, de peur qu’ils ne croissent. La nature qui semble être faite à cette gêne, s’en accommode plus facilement qu’on ne s’imagine, et on ne s’aperçoit pas que leur santé en soit altérée. Leurs souliers de satin brodés d’or, d’argent et de soie, sont d’une propreté achevée ; et quoique petits, elles s’étudient fort, en marchant, à les faire paraître. Car elles marchent, Monseigneur, ce qu’on aurait de la peine à croire, et elles marcheraient volontiers tout le jour, si elles avaient la liberté de sortir. Quelques-uns se sont persuadés, que cela a été une invention des anciens Chinois, qui pour mettre les femmes dans la nécessite de garder la maison, mirent les petits pieds à la mode. Je m’en suis informé très souvent des Chinois mêmes, qui n’en ont jamais ouïe parler. « Ce sont des contes ! », me dit l’un d’eux en riant : nos pères aussi bien que nous, connaissaient trop bien les femmes, pour croire qu’en leur retranchant la moitié des pieds, on leur ôterait le pouvoir de marcher et l’envie de voir le monde. » (extrait de la lettre « A Mgr Le Marquis de Torsi, du caractère particulier de la nation chinoise ; son antiquité, sa noblesse, ses modes, ses bonnes et ses mauvaises qualités. », Paris : J. Anisson, 1696, p. 269- 271). Depuis, bien des livres sont venus tenter d’élucider et d’expliquer cette bizarrerie. Celui qu’Howard S. Levy livra en 1966 n’a cessé d’être réédité depuis : Chinese Footbinding. The History of a Curious Erotic Custom. Récemment la sinologue américaine Dorothy Ko a repris les données du problème dans un livre richement illustré qui devrait faire date : Every Step a Lotus : Shoes for Bound Feet (University of California Press, 2001, 200 p.). Dans le 21e et dernier chapitre de son Empire chinois, le Père Huc s’attarde sur ce sujet et a la bonne idée de comparer cette mode « barbare, ridicule et nuisible au développement des forces physiques » à celle du corset prisé par les Européennes de son temps : « Que répondraient les femmes chinoises, si l’on venait un jour leur dire que la beauté consiste non pas à avoir des pieds imperceptibles, mais une taille insaisissable, et qu’il vaut infiniment mieux avoir le corsage d’une guêpe que des pieds de chèvre ? Qui sait ? Les Chinoises et les Européennes se feraient peut-être mutuelles concessions, et finiraient par adopter les deux modes à la fois. (Op. cit., p. 1126-1128).
  • BAZIN, Antoine (1799-1863). Avocat devenu sinologue sur le tard (40 ans), il fut le premier titulaire de la chaire de chinois à l’Ecole des langues orientales de Paris. Bien qu’il n’ait jamais mis les pieds en Chine, il s’intéressa surtout à la langue vulgaire chinoise qu’il avait apprise de Stanislas Julien (1797-1873) au Collège de France. Il rédigea une Grammaire mandarine en 1856 et, comme son maître, traduisit des pièces du théâtre de la dynastie Yuan (1279-1368), période qu’il décrivit dans son Siècle des Youên (1850). Il est également l’auteur (pour la seconde partie uniquement) d’un ouvrage signé en 1853 avec Guillaume Pauthier portant le titre de Chine moderne ou Description historique, géographique et littéraire de ce vaste empire, d’après des documents chinois (Firmin Didot Frères, 1853, 675 p.). Il y présente notamment, sous forme de résumés et de passages traduits, plusieurs œuvres (dix au total) de la littérature de divertissement en langue vulgaire (théâtre et roman) citant le cas échéant ceux de ses collègues qui partageaient son goût pour elle et agrémentant son exposé de citations choisies prises dans les sources missionnaires ou sinologiques de son temps.
  • ETIEMBLE, René (1909-2001). Etiemble fut, pour reprendre les termes utilisés par Jacques Dars dans l’hommage qu’il lui a consacré dans la Lettre d’Information de l’Association françaises d’études chinoises (n° 33, février 2002), « non seulement un grand esprit mais un des derniers grands humanistes ». Son attachement pour la culture et la littérature chinoises est sensible dans toute son œuvre. Créateur de la collection « Connaissance de l’Orient » chez Gallimard, initiateur des traductions de romans fleuve chinois dans « La Bibliothèque de La Pléiade », il signa de nombreuses contributions d’ordre sinologique qui offrent des perspectives toujours stimulantes. Cf. le livre hommage publié aux Editions Picquier en 1993 : Pour Etiemble. Textes réunis par Paul Martin, et pour rester dans la tonalité du Pavillon des Jades, ses écrits sur l’érotisme comme par exemple L’érotisme et l’amour (Paris : Le livre de Poche, « Biblio/essais », 1987) et aussi sa notice sur le terme dans L’Encyclopédie Universalis.
  • FENG Menglong (1574-1646). C’est bien entendu l’éditeur des Trois Propos ou Trois paroles selon la façon qu’on choisit de traduire les titres des trois recueils de contes en langue vulgaire qu’il livra entre 1620 et 1627 à Suzhou, ville dont il était originaire. Composés chacun de quarante récits anciens et modernes, dont Feng dût composer en tout et pour tout une quinzaine, ces recueils eurent un impact immense sur le public de l’époque. Mais ramener la contribution de Feng Menglong à la littérature chinoise à la seule publication de ces recueils serait trompeur. Non seulement, il réalisa et diffusa d’autres anthologies dont des collections de chansons populaires (cf. Cent poèmes d’amour de la Chine ancienne traduits par André Lévy, Arles : Picquier, « Le Pavillon des corps curieux », 1997, p. 127-134), des collections de blagues, mais il signa outre plusieurs pièces dans le style du sud (chuanqi) des collections d’anecdotes en langue classique. Après une vie consacrée à la diffusion d’œuvres relevant de genres mineurs, il finit par obtenir, sur le tard, une charge, elle aussi mineure, dans l’administration des Ming : il fut sous-préfet de Shouning dans la province de Fujian de 1634 à 1638. A la chute des Ming (1644), il se lança dans la lutte contre l’envahisseur Manchou.
  • GULIK, Robert VAN (1910-1967). Diplomate, grand érudit, fin calligraphe, auteur des savoureuses aventures du Juge Ti (16 histoires toutes disponibles en traduction française) mais aussi d’une foule d’ouvrages savants, ce fut un sinologue d’exception. C’est à Leiden (Pays-Bas) qu’il publia son plus célèbre opus : Sexual Life in Ancient China. A Preliminary Survey of Chinese Sex and Society from ca. 1500 B.C. till 1644 A.D. (Brill, 1961). La traduction française de Louis Evrard fut publiée par les Editions Gallimard dix ans plus tard (coll. « Bibliothèques des Histoires ») sous le titre La vie sexuelle dans la Chine ancienne (Gallimard, coll. « TEL », 1977). L’ouvrage a été depuis traduit en de nombreuses langues dont le chinois, non seulement à Taiwan, mais aussi en République Populaire de Chine (Shanghai renmin, 1990). Pour comprendre l’impact qu’a pu avoir ce livre relisons ce qu’Etiemble* écrivit à son sujet : « Van Gulik propose une synthèse sur les techniques sexuelles, le sentiment de l’amour, les comportements privilégiés, les aberrations ou singularités, la prostitution, les estampes, etc., à travers les vicissitudes de l’histoire, des origines à 1644, date à laquelle les Mandchous s’installèrent à Pékin pour y imposer un puritanisme plus rigoureux encore que celui des confucéens… Intéressant au premier chef comme document de sexologie et d’anthropologie, l’essai de Van Gulik (traité de médecine joint à une morale de l’innocence charnelle) peut aussi nous aider à triompher de cette malédiction, comme de cet érotisme transgresseur et sanieux dont Bataille serait chez nous le grand prêtre. » Sur lui, on lira également Carl Barkman, Helena de Vries-Van der Hoeven, Les trois vies de Robert Van Gulik. Paris : C. Bourgois, 1997, 353 p.
  • JIN PING MEI ou Fleur en Fiole d’Or selon le titre reçu pour sa traduction intégrale en français (par A. Lévy , Gallimard, « La Pléiade », 1985). C’est le dernier né des quatre romans fleuve connus en Chine sous l’appellation de Quatre grands livres extraordinaires (Si da qishu). Sa première édition date du tout début du XVIIe siècle. Bien qu’il emprunte une part de sa matière à Au bord de l’eau (Shuihu zhuan), à certains récits (contes et romans) en langue vulgaire, dont le Ruyi jun zhuan roman érotique traduit sous le titre « Biographie du prince Idoine » dans Vie d’une amoureuse (Picquier, 1991), c’est la première œuvre romanesque d’ampleur (100 chapitres) à sortir du pinceau d’un seul auteur. Qu’à l’instar de son préfacier, on le considère comme « obscène pour la bonne cause » ou « aucunement licencieux », comme son plus fervent commentateur et partisan Zhang Zhupo (1670-1698) qui l’édita dans une version allégée de bon nombre de ses poèmes en 1695, le Jin Ping Mei est un livre véritablement extraordinaire qui aura une influence immense sur la production littéraire des Qing (1644-1911).
  • LE COMTE, Louis (1655-1728). Il est l’auteur des Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Chine qui, comme l’écrivit Etiemble* dans L’Europe chinoise (Tome i, Paris : Gallimard, « Bibliothèque des Idées », 1988, p. 226) est un « livre qui commande le mouvement, « philosophique » qui va déclencher un conflit théologique, une série de pamphlets pour ou contre, et imposer la Chine à l’attention de la France et de l’Occident ». Sur ce document, cf. Durand, Pierre-Henri, « Lire et relire le Père Le Comte » (Etudes chinoises, vol. XI, n° 1, printemps 1992, 157-168) qui a raison de conclure : « Non, je ne crois pas que Le Comte ait su « pénétrer au-delà des apparences ». Le contraire serait plutôt vrai : les Nouveaux mémoires valent et brillent par la peinture des apparences. Et si la peinture a vite fait de s’écailler au premier regard critique, le tableau demeure qui transfuse en nous le parfum du passé. Réjouissons-nous-en ; il est toujours bon de considérer les dehors d’un monde éteint que l’on cherche à scruter de l’intérieur. » (p. 167).
  • LI YU (1611-1680). Li Yu occupe une place tout à fait originale dans l’histoire des Lettres chinoises mais son apport dépasse largement le seul domaine littéraire. Ayant très tôt abandonné l’idée de faire carrière dans l’administration impériale, il se lança sa vie durant dans diverses activités — l’édition, la direction d’une troupe de théâtre, la conception de jardin — dont il réussit à tirer les revenus, pas toujours suffisants, pour financer ses extravagances et entretenir une famille fort nombreuse. C’est ainsi qu’il vécut plus de ce que pouvait lui rapporter son imagination que de l’assistance peu fiable des hauts mandarins qu’il côtoya d’abord à Hangzhou (1650-1660), puis à Nankin. En 1677, il retrouve la métropole culturelle à laquelle l’associe définitivement son surnom le plus connu de Hushang Liweng, Le Vieux pêcheur du bord du Lac (de l’Ouest). Sa production littéraire est loin de se résumer aux deux cahiers qui ouvrent son recueil d’essais libres, Xianqing ouji (Notes jetés au gré du sentiment d’oisiveté). Outre, ce texte qui constitue une véritable dramaturgie dont la valeur n’a cessé d’être prisée depuis sa publication en 1671, il laisse une œuvre riche, variée et fort originale. Elle est principalement composée de poésie, d’essais, de dix pièces de théâtre dans le genre du sud (chuanqi), mais aussi de romans. Il privilégia le genre entre 1654 et 1658, année pendant lesquelles il publia deux collections de récits courts en langue vulgaire, à savoir Wushengxi (Comédies silencieuses) (cf. A mari jaloux, femme fidèle, « Picquier Poche », n° 95, 1998) et Shi’erlou (Douze Pavillons) ainsi qu’un roman érotique en vingt chapitres, le Rouputuan* (Chair, tapis de prière). Composée dans une urgence jubilatoire, cette création révèle un maître dans l’art de construire des intrigues sortant des sentiers battus et un humoriste tapageur qui prend un malin plaisir à user, voire abuser, de paradoxes. Elle manifeste plus d’une fois l’ambition de son créateur de doter ses textes destinés à la lecture silencieuse des ressorts propres au théâtre et surtout d’innover.
  • LIU DALIN. Sociologue de formation, il se consacre à l’étude de la sexualité des Chinois depuis 1985. En 1993, il publie à Yinchuan, aux Editions du Peuple de la région autonome du Ningxia (Ningxia renmin), une monumentale histoire de l’évolution des pratiques sexuelles des Chinois qui complète et parfois corrige celle de Robert van Gulik* (Zhongguo gudai xing wenhua, 1041 p.). Plus récemment, il a envisagé le même sujet en l’abordant sous différents angles thématiques dans un ouvrage publié cette fois à Pékin (Renmin, 620 p.) sous le titre Le sexe et la culture chinoise (Xing yu Zhongguo wenhua, 1999). Mais, alors que ses nombreux travaux ne sont pas encore accessibles aux non-sinisants, son nom est connu hors de Chine pour la richesse de sa collection de plus de mille objets et documents chinois en rapport avec le sexe. Ils ont été montrées tant à Berlin, qu’à Yokohama, Melbourne et à Taiwan. On peut également visité à Shanghai le musée que Liu Dalin ouvre, lorsqu’on ne lui interdit pas de le faire, aux curieux et aux amateurs.
  • MOINE MÈCHE-DE-LAMPE (Le -) ou Dengcao heshang zhuan. Ce roman érotique anonyme en douze chapitres datant vraisemblablement du début des Qing (1644-1911) vaut non seulement pour l’originalité et la vitalité avec lesquelles son auteur conjugue surnaturel et érotisme, mais aussi pour la vigueur avec laquelle il critique l’hypocrisie de la société confucéenne tout en revendiquant pour les femmes le droit à la liberté sexuelle. Sa traduction a été publiée aux éditions Picquier en 1998 dans la collection du « Pavillon des corps curieux » et rééditée en collection « Picquier Poche » sous le n° 173 (2002).
  • RENARDE. La littérature chinoise recourt à un bestiaire d’une grande richesse inventive. Parmi les monstres, démons et autres créatures bizarres qui peuplent les fables, contes et romans, on croise souvent des renards et plus souvent encore des renardes. Généralement présentée comme un être maléfique (morte en quête de vengeance, succube quasi démoniaque), celle-ci peut se révéler compagne aimante et salutaire. Les études qui lui ont été consacrées jusqu’à maintenant sont loin d’avoir rendu justice à cet aspect surprenant de l’imaginaire chinois. On lira tout de même avec beaucoup d’intérêt ce qu’en dit van Gulik* (op. cit.) ou Jean Lévi dans La Chine romanesque (Paris : Le Seuil, collection « La librairie du XXe siècle », 1995. p. 220-301) en attendant d’en découvrir deux beaux sprécimens quand sortira dans la collection du « Pavillon des corps curieux », la traduction par Aloïs Tatu du Yaohu yanshi ou Galantes Chroniques de Renardes Enjôleuses.
  • ROMAN CHINOIS EN LANGUE VULGAIRE. En Chine, la littérature de fiction s’est développée dans deux directions complémentaires. — D’une part, une littérature d’anecdotes plus ou moins concises notées dans une langue dite classique (wenyan) parce que dérivant des textes canoniques et apanage d’une élite lettrée seule en mesure d’accéder à des postes administratifs. On peut s’en faire une bonne idée en lisant les mirabilia du Soushen ji (A la recherche des esprits) ouvrage compilé par Gan Bao, grand lettré et historien actif au milieu du IVe siècle(Gallimard, « Connaissance de l’Orient », 1992), les Chefs-d’œuvre de la nouvelle (Dynastie des Tang. 618-907), traduits par André Lévy (Aubier, 2 vols., 1992-1993), les récits fantastiques réunis par Jacques Dars sous le titre d’Aux portes de l’Enfer (Picquier, « Picquier-Poche », 1997), mais aussi les récits étranges de Ji Yun (1724-1805) (Passe-temps d’un été à Luanyang, J. Dars (trad.), Gallimard, « Connaissance de l’Orient », 1998) et bien entendu ceux de Pu Songling (1640-1715), (Chroniques de l’étrange, A. Lévy (trad.), Arles, Picquier, [2005]). D’autre part, émergeant au tournant du premier millénaire, une littérature en langue dite vulgaire (baihua) car proche de la langue parlée, donc accessible au plus grand nombre. Le lecteur français est particulièrement chanceux puisqu’il peut en lire les meilleurs manifestations dans des traductions de référence. Citons seulement trois volumes de la collection « Bibliothèque de la Pléiade » (Gallimard) : Au bord de l’eau, traduction du Shuihu zhuan (Jacques Dars (trad.), 1978), Jin Ping Mei * ou Fleur en Fiole d’Or (André Lévy trad.), 1985) pour le genre long et pour le court les récits de Feng Menglong* et de Ling Mengchu (1580-1644) qu’on retrouve dans la fameuse anthologie Jingu qiguan : Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Rainier Lanselle (trad.), 1996). — Pour parler de cette littérature aussi riche qu’abondante, on use depuis toujours d’un unique terme – xiaoshuo, dont le sens premier est « menus propos ». Le succès de cette appellation associée depuis le IIIe siècle aux rapports fournis par une catégorie mineure de fonctionnaires chargés de rendre compte en haut lieu de l’état d’esprit de la population réside dans le fait que ces productions furent tenues en marge de la Haute Littérature que constituent la prose classique et la poésie. Pour résumer, disons que Le Pavillon des Jades (Bi Yu Lou) est un modeste représentant d’un sous genre du roman en langue vulgaire (tongsu xiaoshuo), à savoir le roman érotique, sous-genre somme toute réduit par le nombre des productions qui nous sont parvenues. C’est dire qu’il occupe une place négligeable d’un ensemble particulièrement méprisé, noyé dans une nébuleuse qui devra attendre bien longtemps – c’est à dire le XXe siècle— avant d’être reconnu par la critique chinoise et internationale.
  • ROUPUTUAN ou La chair, tapis de prière (1657) est selon les dires de son commentateur — sans doute l’auteur, soit Li Yu* (1611-1680), « Un livre qui se moque véritablement de tout ». Il conte le destin tragique d’un jeune lettré mu par le désir d’épouser la plus belle femme du monde. Ne pouvant se satisfaire de la beauté pourtant éclatante de Yuxiang, sa première épouse, il tente de réaliser son désir. Grâce à l’assistance de Sai-Kunlun, un maître brigand de génie qui le convainc très vite que la petitesse de son sexe est un frein à ses prétentions, il fait bien d’autres conquêtes qu’il comble au-delà de leurs espérances car il s’est fait greffer un sexe de chien, ce qui fait de lui un amant incomparable. Il ne comprend la vanité de sa quête que lorsqu’il s’aperçoit que son épouse, vendue à un bordel de la capitale par le mari d’une de ses conquêtes, a couché avec tous les maris qu’il a si abondamment trompés. Il se retire du monde, entre en religion et se castre. Cf. la notice et la traduction des commentaires donnés par Li Yu à ce roman dans CHAN, Hing-ho, DARS, Jacques (ed.), Comment lire un roman chinois. Anthologie de préfaces et commentaires aux anciennes œuvres de fiction. Arles : Picquier, 2001. p. 179-196.
  • TUNIQUE DE PERLES (LA -). Le conte connu sous ce titre est le premier du premier recueil des San yan (Trois paroles) publié par Feng Menglong* (1574-1646) sous le titre de Gujin xiaoshuo (Contes anciens et modernes, 1620) avant d’être rebaptisé Yushi mingyan (Paroles éclairantes pour édifier le monde). Sans doute composé par Feng Menglong lui-même, il est unanimement considéré comme un des chefs-d’œuvre du conte chinois en langue vulgaire des Ming. Il figurera plus tard en 23e position du Jingu qiguan (Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois, vers 1630), anthologie de quarante contes tirés des San Yan Er Pai. Sa première traduction dans une langue occidentale remonte à 1870 (Charles Caroll, « The Pearl-embroidered Garment ») ; la première version française est celle qu’en donna Marquis d’Hervey-Saint-Denys (1822-1892) sous le titre de « La tunique de perles ». (cf. Six nouvelles chinoises traduites pour la première fois, Paris : Bleu de Chine, 1999, p. 135-193). C’est sous son titre original de « Comment Jiang Xingge recouvra la tunique de perles » que Rainier Lanselle le traduit de manière magistrale dans sa traduction intégrale du Jingu qiguan. (cf. Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois. Paris : Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1996. p. 932-936). Voici comment André Lévy le résumait dans la notice qu’il lui consacra dans son Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (Paris : Collège de France, B.I.H.E.C., 1978, « Mémoires de l’I.H.E.C. », Vol. VIII-1, p. 153-159.) : « Où la jolie femme d’un jeune marchand itinérant — Wang Sanqiao’er (17 ans) — fut séduite en l’absence prolongée de son mari et comment ce dernier finit par la retrouver après avoir épousé la veuve du séducteur — Chen Dalang — dûment châtié par un sort contraire. » Le passage en question met en scène la vieille courtière Xue dont le jeune Chen Dalang a sollicité l’aide pour séduire Sanqiao’er. « Il lui faudra six mois et des prodiges de prudence et d’astuce pour parvenir à ses fins. (La moitié du conte est consacrée à cette relation). » (Lévy, A., ib.).

Avertissement

La seule édition ancienne connue de Bi Yu Lou faisait partie de la collection du grand bibliophile chinois Ma Lian (Ma Yuqing, mort en 1935) avant d’être déposée à la bibliothèque de l’Université de Pékin. Elle figure au catalogue établi par Sun Kaidi (1898-1986) en 1932 au chapitre des « ouvrages obscènes dont la date de publication est incertaine » i. Le grand pionnier des études sur le roman ancien en langue vulgaire y indique qu’il a été donné de ce roman une édition imprimée sous un titre différent : Wei zhong le ou Joies derrière les rideaux [de gaze du lit] ce que personne n’a pu confirmer depuis.

C’est donc l’imprimé de l’Université de Pékin qui a servi de base à l’édition réalisée par Chan Hing-ho dans sa collection monumentale de romans érotiques chinois « Siwu xie huibao » co-publiée à Taiwan en 1994 par les éditions Daying baike et l’équipe URA1067 du CNRS (Taibei, vol. 13, p. 191-268). Les indications fournies par Chan Hing-ho et ceux qui comme Xiao Xiangkai ii, Li Mengsheng iii, Liu Yong iv et Xue Liang v ont consacré une notice à cet ouvrage dans différentes publications chinoises permettent d’indiquer les éléments suivants.

Cet imprimé émane du Jishantang. Il propose un texte non ponctué, du reste souvent fautif, réparti en 18 chapitres avec des pages de 7 lignes de 20 caractères. Il ne porte aucune date d’édition. La seule indication que l’on a pu recueillir sur cette maison d’édition est qu’elle a, semble-t-il, mis en circulation un imprimé petit format d’un roman en 32 chapitres intitulé Zhongxiao yonglie qinü zhuan (Biographies de vaillantes héroïnes fidèles jusqu’à la mort) la 19e année de l’ère Guangxu, soit en 1893.

La page de titre fait néanmoins apparaître un pseudonyme : Xiuzheng shanren, le Reclus de la Restauration de la Rectitude. La première page du premier chapitre ajoute qu’il est de Zhuxi (localité située au Shandong, connue pour avoir hébergé le grand poète Li Bai et cinq autres poètes à la fin de l’ère Kaiyuan (714-741) de la dynastie des Tang. Mais cette localisation (peut-être fantaisiste) ne permet pas de lever le voile qui cache l’identité de l’auteur de ce roman de quelque 20 000 caractères.

Sa période de rédaction restera sans doute longtemps encore mystérieuse. Tout ce que l’on peut dire, c’est que le roman doit être antérieur à l’écriture du Huanxi langshi (Histoires libertines du plaisir) roman en 12 chapitres également non datable, qui s’en inspire clairement. Son absence sur les listes de proscription des romans établies en 1837, 1844 et 1868 ne signifie pas obligatoirement que l’ouvrage leur est postérieur. Peut-être avait-il cessé de circuler longtemps avant cette période. Dans son catalogue de romans rares, Xue Liang n’hésite pas à le situer à la jonction des dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911), période faste pour le roman chinois en langue vulgaire. Néanmoins, les liens que ce roman entretient avec le Rouputuan en repoussent la rédaction à une date postérieure à 1657, année supposée de la sortie du roman de Li Yu (1611-1680) vi.

Notes de l’artissement

i.  Sun Kaidi, Zhongguo tongsu xiaoshuo shumu. Beijing : Renmin wenxue (1932-1957) 1982, p. 185.
ii. Xiao Xiangkai, Zhenben jinhui xiaoshuo daguan : Baihai fangshu lu.  Zhengzhou : Zhongzhou guji, 1992, pp. 205-208, et in  Ouyang  Jian & Xiao Xiangkai (eds.), Zhongguo tongsu xiaoshuo  zongmu tiyao. Beijing  : Zhongguo wenlian,  (1990) 1991, pp. 641-2.
iii.  Li Mengsheng, Zhongguo jinhui xiaoshuo baihua. Shanghai : Shanghai guji, 1994, p. 410-413.
iv.  Liu Yong in Luo Qikun & Wang Deming (ed.), Zhongguo lidai jinshu. Beijing : Jiuzhou tushu, pp. 2994-2995.
v.  Xue Liang, Ming Qing xijian xiaoshuo huikao. Beijing : Shehui kexue wenxian, 1999,  pp. 114-115.
vi. Voir Pierre Kaser  in Chan, Hing-ho, DARS, Jacques (ed.), Comment lire un roman chinois. Anthologie de préfaces et commentaires aux  anciennes œuvres de fiction, éd. citée, pp. 179-196.

Sur Bi Yu Lou, voir également : « Le Pavillon des Jades (01) » : http://kaser.hypotheses.org/497


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *