Le Moine Mèche-de-Lampe (2)

DCHS01On trouvera ci-dessous la reproduction de l’introduction, des extraits du répertoire, l’avertissement à la traduction et un extrait du chapitre cinq du Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳 : Le Moine Mèche-de-Lampe. Roman pornographique du début des Qing. Traduit du chinois et présenté par Aloïs Tatu (pseud. Pierre Kaser). Arles : Editions Philippe Picquier, coll. « Le pavillon des corps curieux », 1998. 169 p. Réédition en collection « Picquier Poche»,  n° 173, 2002. 169 p.

« Introduction »

[Les mots suivis d’un astérisque sont expliqués dans le « Répertoire » ci-dessous.]

— Que diable nous proposez-vous donc ? Un Moine Mèche-de-Lampe ? Rien que ça ! Et qu’est-ce donc, s’il vous plaît ? Un missel taoïsant ? Une de ces bouddhi-niaiseries à la mode ? — Rien de tout cela ! Mais rien moins qu’un roman coquin du XVIIe siècle chinois encore inédit en traduction.
— Ah ! Mais encore ?
— Si l’on pouvait se contenter d’une boutade en forme d’épitaphe, je dirais : « Ci-gigote une petite œuvrette d’imagination drolatique qui a pour personnage central un diablotin de moine lubrique, lequel a la faculté de changer de taille », point !
— Va pour la boutade, mais est-ce suffisant ?
— Vous avez raison. S’il ne mérite assurément pas un déferlement de commentaires – dès lors qu’il est resté jusqu’à il y a peu encore réservé à un cercle restreint d’initiés –, on ne peut raisonnablement, je vous l’accorde, s’en tenir là. Ce serait, comme il arrive trop souvent de nos jours, faire injure au lecteur.
— Je vois ce que vous voulez dire. Mais pour en revenir à ce Moine, ne figure-t-il pas sous le titre de Bonze Mèche-de-Lampe dans la liste des « ouvrages principaux de la littérature chinoise » établie naguère par Georges Soulié* dans son Essai sur la littérature chinoise, aux côtés de chefs-d’œuvre tel que Jin Ping Mei* et d’une bonne douzaine de romans ?
— Bien vu. Mais ne nous emballons pas. Vous savez de quand date cet Essai ?
— … 1912, et alors ?
— Et qui était son auteur ?…
— Evidemment : Georges Soulié de Morant pour être exhaustif, lequel a été, si je ne m’abuse, consul en Chine où il a séjourné entre 1901 et 1918. Il a de plus écrit sur la Chine et traduit quelques-unes des œuvres marquantes de la littérature chinoise ancienne. Il laisse aussi une œuvre de romancier que l’on redécouvre…
— … grâce à d’intrépides éditeurs, blablabla !… Certes, mais permettez que je mette un bémol à ce portrait un peu trop flatteur à mon goût.
— … Euhhhh !…
— Pour être honnête, je dois vous avouer que je n’étais, jusqu’à il y a peu encore, pas moins naïf que vous. Mais dès lors que l’on peut aisément juger sur pièces, je le présenterais plutôt comme un piètre romancier et un vulgarisateur fort discutable de la littérature chinoise. Mais là n’est pas le problème. Revenons-en à son jugement sur notre roman, lequel jugement n’est, vous l’aurez noté, pas plus argumenté que justifié. De deux choses l’une : soit Soulié avait lu le roman et alors il était dément ; soit il ne l’avait pas lu et dans ces conditions il bluffait.
— Alors, fou ou hâbleur ?
— Au bout du compte, peu importe, mais gageons que celui qui fit un temps office d’interprète auprès d’une banque devait être capable de lire ce petit roman coquin couché dans un chinois parlé rudimentaire, à la portée de tout sinisant un peu rôdé à la lecture de ce que les Chinois appellent xiaoshuo ou menus propos, terme que nous avons pris l’habitude de traduire par « roman », ce que je ne vous apprendrai pas.
— En effet, la chose est suffisamment connue pour que l’on ne s’y attarde pas davantage. Finissons-en avec Soulié…
— Donc, rien de vraiment étonnant à ce qu’il l’ait lu. Le roman devait être assez facilement accessible à l’époque. Du reste, Soulié ne risquait rien à le distinguer : personne de son temps, sinon peut-être ceux qui jugèrent son ouvrage hâtivement rédigé et bourré d’imperfections – Paul Pelliot*, alors professeur au Collège de France, en était – ne serait allé chercher des noises à ce sinologue de salon et, surtout, ne se serait piqué de lui reprocher d’avoir hardiment hissé un petit roman érotique de rien du tout au rang des chefs-d’œuvre incontestables de la littérature chinoise ; et maintenant, qui pourrait bien s’intéresser, sinon vous et moi, à ce pataquès d’outre-tombe ?
— Oui, oublions cela. Donc, si je vous suis bien, ce livre, ce Bonze ou ce Moine comme vous voudrez, n’aurait donc rien de si essentiel…
— Vous y êtes ! Ce n’est pas plus un de ces monuments oubliés de la littérature mondiale qu’un morceau de choix indispensable, si du moins l’on se place sur le plan purement littéraire.
— Mais si c’est le cas, pourquoi – alors que dorment des milliers d’œuvres chinoises de premier ordre –, lui assurer, avec rien de moins qu’une traduction, une telle promotion ?
— La question est embarrassante, mais j’y répondrais que, tout bien « rongé », c’est peut-être ce manque d’excellence littéraire qui fait tout le goûteux et l’attrait de ce petit roman.
— Cette pirouette me désole, n’êtes-vous pas en train de vous décharger tout bonnement de l’accusation d’opportunisme, alors même que vous cherchez à profiter du goût de nos contemporains pour cette littérature liant aussi ostensiblement érotisme et exotisme  ? Allons, expliquez-vous !
— Si c’était effectivement le cas, il n’y aurait pas de honte à cela dès lors que cette traduction est l’effet d’une vogue similaire à celle qui, au milieu du XVIIe siècle, fut à la source de ce livre. Réussite ou pas, c’est au même titre que les autres, les bons – Jin Ping Mei, Rouputuan* – un symptôme de la crise qui toucha la société de l’époque. Mais voilà que je me mets à disserter…
— J’entends bien, mais l’intérêt du public pour une distraction excuse-t-elle toutes les hardiesses, voire toutes les bassesses ?
— Ah ! Voilà bien des grands mots ! Je ne me hasarderai surtout pas à répondre dans l’absolu, mais admettez qu’il est plus honnête d’avouer d’entrée de jeu que si vous n’avez pas une curiosité débordante et bien vissée pour l’erotica sinica, vous feriez mieux de choisir d’autres lectures et de vous repaître de nourriture, disons, moins épicée.
— Voilà que vous me mettez l’eau à la bouche…
— Attendez, je n’ai pas fini : car si ce n’est pas un chef-d’œuvre – la cause est entendue –, il s’agit bel et bien d’une de ces curiosités littéraires qu’on ne peut manquer de faire connaître au plus grand nombre de ceux qui se passionnent soit pour le roman chinois, soit pour les lectures légères, ou mieux : pour les deux à la fois.
— C’est mon cas. Et en quoi est-il donc si remarquable, ce livre que vous donniez l’impression de décrier à l’instant ?
— Pour résumer, disons qu’il est remarquable en ceci qu’il conjugue surnaturel et érotisme, mélange rare en terre romanesque chinoise…
— … mais dont notre tradition littéraire n’est pas, si je puis me permettre cet aparté, indemne.
— Exact, mais dans ce registre, il rappellerait plus volontiers la rusticité un rien poissarde de l’Anti-Justine – débarrassée de la férocité instinctive du bon Restif s’entend – que la sophistication d’un Crébillon-fils qui offrit au genre maints petits bijoux que vous avez sûrement lus…
— Vous pensez sans aucun doute à son Sylphe  ?
— Oui, oui ! Mais surtout à l’incroyable Ecumoire. Vous connaissez sûrement cette pseudo-histoire japonaise prétendument traduite du chinois ?
— Certes ! Mais s’il n’a pas la finesse des créations de l’auteur du Sopha, votre Moine aurait-il la douce subtilité perverse d’un petit bijou comme La Poupée de Jean Galli de Bibiena* ?
— Pas plus, et je le regrette bien sans pourtant m’en désoler. Car s’il manque de cette élégance-là, il est on ne peut plus généreux en scènes licencieuses, ce qui le rend unique dans le genre.
— Pourtant, je crois savoir que la littérature chinoise dite fantastique ou extraordinaire est des plus riches et touche toutes les époques, de la plus reculée à la fin de l’Empire ; qui plus est, elle aurait marqué tous les genres, de la nouvelle en langue classique au conte et au roman en langue vulgaire…
— Vous avez encore raison : le non-sinisant a bien du mal à se rendre compte de la richesse de cette tradition dont la source remonte au plus profond dans la création littéraire chinoise, laquelle si l’on prend garde de ne pas mélanger…
— Hum ! J’entends bien, mais n’allez pas nous couper les cheveux en quatre. Quiconque a lu l’admirable Pérégrination vers l’Ouest*, s’est délecté des Chroniques de l’étrange* du génial Pu Songling, et a pu mettre son nez dans une ou deux autres œuvres du style d’A la recherche des esprits* ou encore savourer les récits d’Aux portes de l’enfer*, sait de quoi vous voulez parler, inutile de rentrer dans les détails. Dès lors qu’interviennent des personnages non humains, ou plus tout à fait humains, succubes, farfadets ou autres volatiles plus ou moins diaboliques, nous entrons dans le surnaturel, le fantastique. Oui ou Non ?…
— Certes, mais…
— Et de quelle espèce sont donc vos créatures ?
— Oh ! Mis à part leur penchant extrêmement marqué pour la bagatelle, ils ne sont pas d’une nature si extraordinaire. Il se pourrait même que leur créateur les ait empruntés au chapitre liminaire d’un roman bien connu à son époque.
— Et pourrait-on savoir lequel ?
— Bien entendu. Mais son titre, Pingyaozhuan ou Histoire de la Pacification des démons, ne vous dira rien, à moins que vous n’ayez lu la Brève histoire du roman chinois de Luxun*, lequel en avait fait le précurseur d’un sous-genre qu’il avait baptisé « roman sur les divinités et les démons ». En fait, c’est la version de la fin des Ming de ce roman que l’on doit à Feng Menglong* lui-même, qui nous intéresse. En faisant passer la version originale de vingt à quarante chapitres, le grand lettré-éditeur l’introduit par un court épisode tiré d’un huaben ancien.
— … Corrigez-moi si je me trompe : si j’ai bien retenu les leçons du traducteur du Jingu qiguan*, qui ne consacre pas moins de trois pages et demie à nous en dessiner les contours, un huaben serait ce qu’on appelle plus couramment un conte en langue vulgaire, sachant que cette tradition littéraire puise ses sources dans l’art des conteurs publics qui officiaient déjà à une époque reculée, à savoir sous les Song et les Yuan…
— … Parfait, parfait. Vous avez tout dit. Or donc, cette histoire est connue sous le titre de Deng hua popo.
Dingue-roi quoi ?
— Euh, oui, pardon : « La Vieille à la lampe fleurie ».
— Fort bien ! Et que nous conte-t-elle, si ce n’est pas trop vous demander ?
— Eh bien, elle se situe pendant la dynastie Tang : la femme d’un mandarin à la retraite forcée – ses avis n’avaient pas plu en haut lieu – est gravement malade. Un soir, une démone, haute de trois pouces, sort d’une lampe et lui offre la potion qui lui sauve la vie. La démone s’installe et très vite se rend indésirable. Il faudra recourir aux services d’un exorciste pour s’en débarrasser. Si l’on sait que ce motif figurait au répertoire des conteurs publics des Xe et XIe siècles, on en trouve déjà des traces écrites antérieures, et notamment dans les Mélanges de Youyang [Youyang zazu] de Duan Chengshi qui vivait au tout début du IXe siècle…
— Vous êtes bien savant !
— Vous me flattez. En réalité, je n’ai eu qu’à vérifier ce que les rares critiques à avoir eu accès au roman ont noté depuis parfois fort longtemps.
— C’est très bien, mais il n’y a là, après tout, rien de si renversant. N’est-ce pas ?
— Certes, mais vous ne direz plus la même chose lorsque vous aurez lu le traitement que leur fait subir notre auteur. Il se dégage sans problème des sources – écrite ou orale – pour faire preuve d’une grande liberté d’imagination.
— Dites voir un peu.
— Ne reculant devant aucune provocation, il noie le thème de l’apparition d’un personnage non humain de toute petite taille dans un déferlement de sécrétion vaginale et un hallucinant pilonnage priapique !
— Comme vous y allez !
— On y retrouve certes une popo à la chevelure écarlate et au visage rougeot – notre Rubiconde –, laquelle s’introduit de manière anodine dans la vie de la maison d’un sous-préfet à la retraite pour y semer les germes du chaos en la personne de son fils, un petit diablotin qu’elle fait sortir d’une lampe. C’est Follet – que nous nommerons ainsi pour éviter de lasser le lecteur avec des Petit-Moine qui tombent à plat lorsque celui-ci change de taille… ce dont il est capable. L’occupation principale de ce moinillon à géométrie variable est de copuler avec toutes les femmes qu’il rencontre. Ses sœurs, sortes de succubes à la beauté irrésistible, ne sont pas moins portées sur la chose. Follet et sa famille prospèrent donc sur le défoulement libidineux de leurs proies, sans forcément les conduire tous de vie à trépas, mais en leur faisant goûter les délices de la petite mort en multipliant les postures… Vous ne dites plus rien ?
— Continuez, je vous en prie.
— Roman fantastique – puisque impliquant des protagonistes qui n’ont plus d’humain que leur désir de venger une injustice commise par le sous-préfet Yang, cocufieur promptement cocufié par Follet qui commence son marathon sexuel par dame Wang, femme au tempérament fougueux… – mais aussi roman ouvertement érotique, car narré avec force détails scabreux, sans aucune fausse pudeur, ni même la justification moralisatrice convenue…
— Humhummmm !
— Preuve de son affranchissement par rapport à l’éthique confucéenne, l’auteur va droit au but. Oubliant de s’attarder à dessiner la psychologie des protagonistes, il montre que la puissance de leur désir naît soit de la privation, soit de la vision, voire simplement de l’audition d’un accouplement. La trame romanesque n’est dès lors plus qu’un prétexte pour enfiler des aventures amoureuses aussi variées que possible et donner une tenue à un ensemble de permutations, qui va jusqu’à friser l’inceste.
— Vraiment ?
— Vous noterez que le gendre – un jeune freluquet – refuse d’avoir des relations avec sa belle-mère, mais que le père manque de coucher avec sa fille, juste après avoir convolé avec le double de celle-ci !…
— Vous m’intriguez, mais ne m’en dites pas plus, je ne goûterai que mieux ce petit livre qui me semble fort… fort…
— … intéressant, je ne vous le fais pas dire. Bien que rudimentaire, son fantastique n’en intéressera pas moins tous les fouilleurs de la psyché humaine dès lors qu’ils sauront dépasser cette crudité franchouillarde, un rien rustique, qui caractérise ce roman, dont la décontraction devait ravir les lecteurs de l’époque.
— Ne vous hasardez-vous pas un peu à parler de son succès, alors que ce Moine-là semble bien sortir du néant ?
— J’en veux pour preuve qu’il n’en subsiste pas moins d’une dizaine d’éditions disséminées dans le monde. Puisqu’elles ne datent pas toutes de la même époque, j’en conclus que ce livre, qui a survécu à toutes les vagues de proscription qui visaient le genre, circula, sous divers titres, assez librement, et ce depuis sa première publication jusqu’au milieu de ce siècle.
— Euh, mais, au fait, de quand date-t-il ?
— Difficile, vous le comprendrez, d’être précis. Sun Kaidi (1898-1896) avait sans doute raison de le situer au tout début des Qing, soit vers 1650… Vous verrez cela plus en détail dans un petit Avertissement qui tente de faire le point sur une question qui ne devrait retenir l’attention que de quelques spécialistes.
— Je vous crois sur parole, mais une dernière question…
— Vous voudriez sans doute savoir à qui on le doit ?
— Exactement ! Sait-on qui en est l’auteur ?
— Non. On peut, bien entendu, suivre des pistes, mais elles nous conduisent de pseudonyme en pseudonyme jusqu’à de nouvelles interrogations que personne jusqu’à présent ne s’est pressé de lever. Rien d’étonnant à cela, du reste. La grande majorité des auteurs de romans travaillaient à couvert. Le genre a toujours été tenu pour vil. Dans ce cas précis, ne pas connaître l’auteur n’est pas une grande perte. Mais, si vous voulez, on peut essayer de définir grossièrement son profil.
— Pourquoi pas, j’ai du temps à perdre !
— Ce n’est assurément pas un fin pinceau. S’il respecte bien toutes les conventions formelles du genre du roman court, ce n’est pas non plus un conteur-né. Son récit hoquette trop souvent pour que ce soit un vrai professionnel de la narration. Néanmoins son côté dégagé – comment dire ? –, son penchant libéral n’en est pas moins attachant…
Libéral, rien que ça ! Euh ! Mais qu’entendez-vous par là ?
— Eh bien, que l’on peut certes s’offusquer de ses débordements outranciers et orduriers, néanmoins il faut lui reconnaître le mérite de plaider pour une émancipation totale de la femme. C’est ainsi qu’au chapitre cinq, il place dans la bouche d’une succube un véritable manifeste visant à libérer la femme de l’oppression masculine, propos qui atteste d’une vraie hardiesse et d’une grande ouverture d’esprit à une époque dominée par le confucianisme bien-pensant. Une vraie bombe, en somme, qui à elle seule justifierait presque que l’on diffuse ce roman. Bon ! de là à dire que cela, et la critique sous-jacente du système mandarinal suffisent à faire basculer l’ouvrage de la pornographie à l’érotisme, il y a un pas que je ne franchirais peut-être pas. Néanmoins, on pourrait même se laisser aller à penser que notre auteur est une femme.
— Vous divaguez !
— Peut-être, mais pensez-y tout de même en le lisant. Ce petit bout de crâne rasé, qui s’échappe d’une lampe le soir et grandit selon la volonté féminine, pourrait bien être le fruit de la rêverie d’une épouse frustrée qui, selon le cas de figure énoncé par notre succube, ne peut se permettre de prendre un amant (ou un second mari si elle est veuve) sans risquer de se retrouver au ban de la société. De plus, ce moine-là – un coup petit, un coup grand – n’est-il pas une saisissante métaphore du sexe masculin ? L’extrémité de cet organe dans toute sa splendeur est justement très souvent comparée à un crâne de bonze fraîchement rasé.
— M’ouuuii ! mais…
— Je ne vous ai pas convaincu. Mais là encore, peu importe. S’il n’est pas l’œuvre d’une femme, il est destiné à un public également composé de femmes, alors…
— Un godemiché littéraire, en somme ?
— La formule est jolie, permettez-moi de la reprendre. Une sorte de godemiché littéraire donc, qui, vous le noterez, ne manque pas d’humour !
— Et vous nous avez traduit cela en latin, je suppose ?
— Non, cette fois vous faites fausse route. Les temps ont changé ! J’ai tenté de trouver une expression qui convienne à sa rusticité, choix qui devrait faire grincer pas mal de dents. Mais, mis à part quelques poèmes et les titres des chapitres en forme de sentences que j’ai sciemment laissés de côté…
— Rien que ça ! Vous me décevez !
— Oh ! Le crime n’est pas trop grand, car, voyez-vous, l’auteur n’était pas un génie poétique. Du reste, personne n’est parfait, n’est-ce pas ? Alors je disais que, mis à part ces oublis, on ne peut plus intentionnels, j’ai rendu la chose dans son intégralité, n’intervenant que lorsque le texte manquait comme c’est le cas à la fin du chapitre dix.
— Bon, bon, bon ! Me voilà prévenu. Je ne vois rien à ajouter.
— Moi oui : bonne lecture !

Répertoire  (extraits)

  • À LA RECHERCHE DES ESPRITS. On prendra la mesure de l’étrangeté d’un des plus fameux recueils de mirabilia produit entre le IIIe et le Xe siècle, le Soushenji de Gan Bao (début du IVe siècle), à travers le choix d’histoires de fantômes publié sous ce titre par Rémi Mathieu (Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1992).
  • AUX PORTES DE L’ENFER. C’est sous cet excellent titre que Jacques Dars avait publié en 1984 une soixantaine d’histoires à faire froid dans le dos datant de la période des Six Dynasties (222-589) et des Tang (618-907) et tirées du Taiping Guangji (« Grande compilation de l’ère Taiping », 976-984). Ce recueil vient d’être réédité aux éditions Picquier (poche n° 74). On aura le même plaisir à lire En mouchant la chandelle : nouvelles chinoises des Ming, également traduit par Jacques Dars (Paris : Gallimard, coll. « L’imaginaire », 1986). Il s’agit d’un petit choix de nouvelles fantastiques en langue classique tirées de deux recueils des Ming : Jiandeng xinhua de Qu You (1341-1427) et Jiandeng yuhua de Li Zhen (1376-1452).
  • BIBIENA ou BIBBIENA (Jean Galli de, 1709-1779). Romancier et auteur de canevas pour le Théâtre-Italien, il fut condamné pour ses écrits et ses mœurs licencieuses. Il est surtout connu pour son petit roman érotique, La Poupée, publié à La Haye en 1748, qui raconte la fascination qu’éprouve un jeune homme pour une figure féminine miniature, une poupée si parfaite qu’on la croirait vivante (réédité par Desjonquères, coll. « Dix-huitième siècle »).
  • CHRONIQUES DE L’ÉTRANGE, de Pu Songling (1640-1715). Le Liaozhai zhiyi est sans conteste l’œuvre la plus représentative et la plus aboutie de l’immense corpus de textes littéraires chinois exploitant le merveilleux. C’est sous ce titre qu’André Lévy en l’a [intégralement] rendu aux éditions Philippe Picquier (2005).
  • ÉTUDIANT ET LA CAGE DE L’OIE SAUVAGE (L’ –). (Elong shusheng). Cette histoire, rapidement résumée par Monsieur Yang, mériterait qu’on s’y penche bien davantage, car comme l’avait déjà signalé Duan Chengshi (IXe siècle), elle pourrait bien avoir une origine étrangère, et notamment indienne. Elle est suffisamment surprenante pour avoir retenu l’attention de Luxun* qui en fournit plusieurs versions dans sa Brève histoire du roman chinois (cf. Charles Bisotto [trad.], Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1993, p. 65-68). [Voir, P. Kaser, « Le lettré de Yangxian » [En ligne] URL : http://kaser.hypotheses.org/344]
  • FENG MENGLONG (1574-1646) est non seulement l’éditeur bien connu à qui l’on doit notamment les Trois paroles (San Yan) qui fourniront le gros de la matière du Jingu qiguan*, mais aussi l’arrangeur de nombreux romans. Le Pingyaozhuan ou Histoire de la pacification des démons, dont la version originale est attribuée à Luo Guanzhong, champion incontesté de l’édition des Yuan, serait en fait son premier roman.
  • JIN PING MEI. L’adaptation libre que G. Soulié en proposa en 1912 sous le titre de Lotus-d’Or (Charpentier et Fasquelle) connaîtra un grand retentissement. Elle sera occultée par la traduction française de la version allemande produite par Franz Kuhn en 1930. Il est bien évident que la version qu’en donna André Lévy en 1985 (Fleur en fiole d’or. Paris : Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade »), renvoie définitivement toutes les précédentes aux oubliettes. Deux mots ne sauraient suffire à présenter à ceux qui ne l’auraient pas encore lu l’un des meilleurs romans chinois, hissé par la critique, ancienne et moderne, au rang de classique de la littérature. Non vraiment, lisez-le, si ce n’est déjà fait !
  • JINGU QIGUAN ou Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois. Célèbre anthologie de contes chinois en langue vulgaire publiée à la fin des Ming, merveilleusement rendue et expliquée par Rainier Lanselle (Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1996). Les curieux qui n’y auraient pas encore goûté devraient y trouver une source intarissable de ravissements et une mine inépuisable d’enseignements.
  • LUXUN ou Lu Hsün (1881-1936). Le grand homme de lettres qui a tant marqué son époque fut aussi un excellent connaisseur de la littérature de son pays. En témoigne sa Brève histoire du roman chinois (Zhongguo xiaoshuo shilüe) dont on peut lire une traduction française grâce à Charles Bisotto (Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1993). Même si l’ouvrage se ressent de certains partis pris et surtout de son âge – soixante-dix ans de recherches n’ont pas manqué d’apporter de nouvelles optiques –, c’est encore un bon moyen de partir à la découverte de la richesse et de la variété de la production romanesque chinoise.
  • PELLIOT, Paul (1878-1945) fut, selon les termes mêmes employés par Paul Demiéville, « un philologue de génie » dont le champ d’intérêt dépassa largement les limites de la sinologie. Sa contribution la plus connue à la connaissance de l’Asie est sans nul doute la découverte des manuscrits de Dunhuang ramenés d’une mission en Asie centrale (1906-1908). Il occupa à partir de 1921 une chaire au Collège de France.
  • PÉRÉGRINATION VERS L’OUEST. Connu sous ce titre depuis la parution de la traduction intégrale qu’en donna André Lévy (Paris : Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1991), le Xiyouji attribué à Wu Cheng’en est sans aucun doute l’œuvre la plus unanimement appréciée des Chinois. On n’en compte plus les adaptations qui ont fait de son protagoniste principal, Sun Wugong, un singe aux dons particulièrement extraordinaires, le chouchou des petits et des grands.
  • ROUPUTUAN. Si Jin Ping Mei a trouvé avec André Lévy son champion, ce roman n’a pas encore reçu la traduction que mérite son excellence. Du reste, aucune de celles existantes (mis à part celle de P. Hanan, The Carnal Prayer Mat. New York : Ballantine, 1990) ne prend en compte les dernières découvertes qui permettent de dater l’ouvrage de 1657 et confirment l’attribution de ce roman à Li Yu (1611-1680). En attendant, on se fera une bonne idée du génie déployé par Li Yu pour composer ce qui passe à juste titre pour le chef-d’œuvre du roman érotique chinois, en lisant la traduction de Christine Corniot basée sur la version qui circula au Japon dès 1705 (De la chair à l’extase. Arles : éditions Philippe Picquier, 1991, 1994, 1996).
  • SOULIÉ DE MORANT (Georges). Né en 1878 et mort en 1955, il passe, sans doute à tort, pour être celui qui aurait fait découvrir l’acupuncture aux Français. Il en fut un des défenseurs acharnés, ce pourquoi il est considéré comme le saint patron de l’acupuncture européenne. Certains même n’hésitent pas à l’honorer du titre d’Illustre Maître ! Voir à cet effet le numéro que la revue Méridiens (Revue de l’Association scientifique des médecins acupuncteurs de France) lui consacra en 1987 (n° 79), et le non moins élogieux dossier publié par la Revue française d’acupuncture en 1985 (n° 42, p. 8-48). Fort de son expérience de la Chine – où il fut un temps consul délégué à Kunming –, et de sa connaissance du chinois qu’il aurait appris tout jeune avec un lettré chinois du nom de Ting Tun Ling qui vivait chez Judith Gautier, ce sinologue de salon se piqua de vulgariser l’histoire et la littérature chinoises. Le peu de ses productions encore accessibles aujourd’hui montre que ses ambitions font peu de cas de la rigueur sinologique et joue éhontément sur les partis pris de son époque : Bijou-de-ceinture. Paris : Kwok On, 1925, 1993 ; Ts’eu-hsi, impératrice des Boxers (1911). Paris : You-Feng, 1997 ; La Passion de Yang Kwé-Fei (1924). Paris : You-Feng, 1997. Il laisse un bon nombre d’adaptations fort libres des œuvres qui avaient eu l’heur de lui plaire et plusieurs tableaux de la littérature chinoise comme son Essai sur la littérature chinoise (Paris : Mercure de France, 1912). Son jugement sur le genre romanesque montre les limites de son ouverture d’esprit : « Ils ont les mêmes qualités et les mêmes défauts que les pièces de théâtre : l’action est lente, l’intrigue est à peine fouillée et toujours retardée par des conversations interminables qui représentent fidèlement d’ailleurs celles de la vie réelle. »

Avertissement

Comme la plupart des romans licencieux chinois écrits sous les Ming (1368-1644) et les Qing (1644-1911), le Dengcao heshang zhuan était, jusqu’à il y a peu encore, quasiment inconnu du public. Bien entendu, aucune histoire de la littérature ou du roman chinois n’en fait mention. Il n’a du reste pas été l’objet d’études critiques très poussées. On lui a malgré tout consacré des résumés dans divers inventaires du roman chinois ancien et les ouvrages consacrés à la littérature mise à l’index sous les Qing lui accordent en général une notice. Cette situation n’a rien d’étonnant dans la mesure où ses éditions sont malgré tout plutôt rares et peu de chercheurs, notamment chinois, ont pu y avoir accès.
Il ne serait sans aucun doute jamais sorti du cercle restreint des spécialistes du roman chinois s’il n’avait été édité par Chan Hing-ho dans la collection de romans érotiques chinois que celui-ci a publiée à Taiwan : Siwuxie huibao (Chan Hing-ho & Wang Qiugui (eds.), Taipei : Daying baike/Encyclopædia Britannica Books Co. Ltd, 1995, vol. 22, p. 13-203).

C’est cette édition critique de grande qualité qui a servi de base à la traduction que nous en proposons. Il n’en reste pas moins que les éditions utilisées pour la réaliser présentent toutes des lacunes et n’ont pas permis de reconstituer un texte parfait. L’exemple le plus frappant est l’absence de la fin du chapitre dix, absence que nous avons tenté d’estomper de façon aussi discrète que possible. Comme signalé dans l’Introduction, nous nous sommes abstenus de traduire les poèmes, sauf le premier, et avons fait l’impasse sur quelques distiques. Les titres des chapitres, à savoir des sentences parallèles, n’ont pas été rendus.

L’introduction de M. Chan Hing-ho à son édition fournit, outre une description détaillée des éditions utilisées, les informations de base pour aborder la connaissance de cette œuvre.
Dans son Catalogue des romans chinois en langue vulgaire (Zhongguo tongsu xiaoshuo shumu) publié pour la première fois en 1933, Sun Kaidi avait déjà noté que l’attribution du Dengcao heshang zhuan à Gao Ming (zi Zecheng) était fallacieuse. Dans l’édition qu’il avait consultée, Sun avait en effet relevé la référence à deux romans chinois des Ming, à savoir le Xiuta yeshi attribué à Lü Tiancheng (1580-1618) – récemment traduit aux éditions Picquier sous le titre Histoire hétérodoxe d’un lit brodé – et le Sui Yangdi yanshi ( Aventures galantes de l’empereur Yang des Sui). Cette constatation innocentait donc Gao Ming, auteur dramatique et célèbre poète des Yuan, lequel est mort en 1359. En revanche, si l’on retrouve bien le pseudonyme associé au roman L’Immortel qui voyage sur les nuages (Yunyou daoren), en liaison avec d’autres ouvrages licencieux, rien ne permet à l’heure actuelle d’identifier l’auteur, ni même de lever le voile qui pèse sur l’identité de Zhou Qiuhong de Mingqu, signataire de commentaires aujourd’hui perdus.
De même, aucun élément ne peut être invoqué pour confirmer ou contredire la datation aux premières années des Qing proposée naguère par Sun Kaidi. L’ouvrage est en tout cas antérieur à 1810, date à laquelle il apparaît en tête de liste de romans à mettre à l’index. Il fera fréquemment l’objet d’interdictions au cours du XIXe siècle (1837 ; 1844 ; 1868), et changera donc souvent de titre. C’est ainsi qu’il deviendra « L’Extraordinaire Union prédestinée de la lanterne fleurie » (Denghua qiyuan) ; « Biographie d’un moine émérite » (Gaoseng zhuan) ; « Le Dit de la lanterne fleurie » (Denghua ji), etc.

Extrait du chapitre cinq (1998, pp. 69-70)

Les personnages  : RUBICONDE : mère maléfique de Follet (alias le Moine Mêche-de-Lampe) et de quatre troublantes succubes (Vernale, Estivale, Automnale, Hivernale), elle introduit le désordre dans la maisonnée des Yang en se faisant passer pour une magicienne ambulante. – WANG ou Madame : l’épouse du mandarin Yang ; incontestablement le personnage principal du roman. – BAMBINE : fille de Wang et du mandarin Yang ; seize ans (en fait quinze) au début du roman. – JADE : camérière espiègle de Wang ; changera de statut en cours de roman puisqu’elle donnera un fils à son maître.

Or donc il est dit que, lorsqu’elle se fut assurée que Bambine et les servantes s’étaient éclipsées, Rubiconde reprit plus librement la parole : « Alors, mon fils vous a-t-il donné toute satisfaction, Madame ?
— Euh !… oui… balbutia l’intéressée, le visage rouge d’embarras.
— Madame n’a mis aucun frein à nos ébats, renchérit Follet. On ne le faisait pas moins de dix fois avant de dormir. Et contrairement à ce qu’on aurait pu craindre, Jade n’est pas un brin timorée.
— Madame ne perd rien pour attendre, lança Estivale dans un éclat de rire. Dès que sa fille convolera en justes noces avec Petit Frère, on les invitera toutes les deux en même temps à venir à la maison ! Tu leur en resserviras bien quelques bordées, n’est-ce pas, Petit Frère ? »
Ne comprenant rien à ce qui venait de se dire, Wang se contenta de ricaner. Automnale prit à son tour la parole : « C’est que, voyez-vous, nous quatre avons bien sûr chacune un mari, mais aucune d’entre nous n’accepte de subir sa domination. Du reste, pour parler franchement, quelle femme de nos jours ne rêve pas de se faire quelques beaux gars ? La seule chose qui les retienne, c’est la crainte d’être aperçues par ceux qui les entourent. Quand celles qui n’ont ni de quoi se vêtir ni de quoi faire ripaille n’ont que leurs yeux pour pleurer, incapables qu’elles sont de concrétiser l’envie qui les attise, les autres, les nanties, n’ont pas d’autre idée en tête : se faire mettre. Quant à Petit Frère, il est encore célibataire. Dès lors, il ne saurait refuser la main de votre fille si vous l’honoriez d’une telle proposition !
— Mais, mais, mais… ma fille est déjà engagée, s’interposa mollement la mère. Du reste, ce petit moine est à… moi !
— Le monde d’aujourd’hui est plein de gendres qui se font leur belle-mère, vous savez, s’immisça Hivernale. Après ce qu’il s’est passé entre vous, n’ayez crainte, il ne devrait pas vous négliger ! »
En entendant cet échange de propos, Follet ne se tenait plus de joie. En un éclair, il avait regagné l’entrejambe de Wang.

Sur Dengcao heshang zhuan, voir également : « Le Moine Mèche de lampe (01) » : http://kaser.hypotheses.org/488


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *