Li Yu en français (suite 1)

Paris, Mercure de France, 1932

Les choses sont ainsi faites : quelques jours après avoir envoyé la version chinoise de l’article « Li Yu en français » dont ce billet est un début de complément, j’ai retrouvé un livre acheté naguère chez un bouquiniste dans lequel George Soulié de Morant (1875-1955) avait traduit des poèmes de Li Yu.

Je ne reviendrai pas ici sur l’œuvre de Soulié et sur son apport à la connaissance de la littérature chinoise en France. On trouvera des éléments non seulement sur un site créé à sa gloire, lequel donne une liste exhaustive de ses publications, mais aussi dans un article de Jeanine Jacquemin facilement accessible en ligne ici. Son œuvre de traducteur est souvent l’objet d’évaluations critiques. On en trouvera notamment une sous la plume de Philippe Postel dans un article publié dans le numéro 2 d’Impressions d’Extrême-Orient (ici).

Le livre dont il est question aujourd’hui date de 1932. Il n’a semble-t-il pas été réédité, mais son sujet a été au moins deux fois revisité depuis : d’abord par André Lévy avec Cent poèmes d’amour de la Chine ancienne (Picquier, 1997), puis par Florence Hu-Sterk avec Ainsi bat l’autre cœur. Anthologie commentée de poèmes d’amour chinois (You Feng, 2008) proposant, respectivement 100 et 106 poèmes en traduction annotée et agrémentée pour le second de commentaires et des textes chinois.

L’Anthologie de l’amour chinois : poèmes de la lasciveté parfumée (Paris : Mercure de France, 1932. 247 p.) de Soulié offre, quant à lui, la traduction de pas moins de 182 poèmes.

C’est, comme il nous l’apprend dans un « Liminaire » de 11 pages, un choix réalisé à partir d’un recueil de poèmes publié par « l’excellente maison d’édition  Sao-ié chann-fang, l’Ermitage des feuilles balayées sous le titre Ou-paé tsia siang ienn che, « Poèmes de lasciveté parfumée par cinq cents auteurs », réunis par Lei Tsinn de Roa-Ting, en 1914 (édit. en 6 penn, de 1920). »  En fait, il s’agit (dans notre transcription pinyin) du Wubaijia xiangyan shi 五百家香艷詩 de Lei Jin 雷瑨 (1871-1941), lettré licencié, juren      舉人, de l’année 1888, écrivain shanghaien prolifique, longtemps éditeur, compilateur, historien, puis un temps rédacteur en chef du journal Shenbao  申报 ; l’ouvrage fut édité en 6 ce 册 à Shanghai par la maison Saoye shanfang 掃葉山房.

Soulié termine son ouvrage par « quelques notes biographiques et bibliographiques sur les poètes dont les œuvres sont traduites ». La 21e sur les 59 proposées est consacrée à Li Yu (p. 225). Celui-ci y est présenté en ces termes [nous nous sommes contenté d’ajouter entre crochets les transcriptions modernisées] : « Li Iu [Yu] (Li-oong [Liweng]). Mil. du 17e siècle. Né à Traé-rou [?] de Tsiang-sou [Jiangsu]. Célèbre auteur dramatique. Auteur de « Recueil de Poèmes de Li-Oong » ; « Les dix Comédies de Li-oong » ; des courts romans réunis sous le titre « Les Douze pavillons ».»

Souilé a donc retenu trois poèmes de Li Yu qu’il a pris respectivement dans les ce I (p. 12), IX (p. 20) et I (p. 31) de sa source chinoise et qu’il traduit par « Conseils » (p. 6), « Les chants se matérialisent » (p. 151) et « Dans le gynécée » (p. 183). Le texte chinois des deux derniers est dûment reproduit ce qui permet d’identifier avec certitude la source, ce qui, à défaut de la consultation de l’édition de base, n’est pas possible avec le premier que je vous livre tel quel :

« Conseils »
Pour demeurer sans fin dans la maison où vous serez choisies, — il vous faudra, sachez-le, dans les combats de nuit, n’avoir jamais crainte ou fatigue. — Et cela jusqu’à ce que le souffle frais de l’aurore pénètre de biais dans la maison ; — jusqu’à ce que la lune se couche et que l’étoile du matin soit levée.
les broderies de l’oreiller, vous pensez les avoir étudiées dès l’enfance, — au temps où, sous vos couvertures, nues comme des vers à soie, — votre main dévidait elle-même son cocon, — Mais quand viendra l’heure de tailler et de mesurer non plus par pouce mais par pied, — Attendez, attendez alors, mes enfants !

Les deux autres proviennent du Liweng yijiayan shiciji  笠翁一家言詩詞集, soit du juan 3 du « Liweng shiji », respectivement des pages 318 et 339 du volume 2 du Li Yu quanji       李漁全集 (Hangzhou, Zhejiang guji,  1991) :

1) « Guici » 閨詞 :

芳心忍負春和日    小閣添絲鏽碧羅    繡到鴛鴦針忽折    畫中好事也多磨

« Dans le gynécée »

En son cœur parfumé, elle supporte avec peine le printemps amoureux et l’harmonieuse lune.
Dans son petit pavillon, elle ajoute des points de broderie sur soie vert-jade.
Mais comme elle allait broder une couple d’oiseaux amoureux, son aiguille soudain s’est brisée.
Le dessin d’un si grand bonheur l’a vraiment trop bouleversée.

2)  « Zheng Fangji wei kun jun, ru jun xinshe erta, bing zhu yinan. Zhu tongren ge ni fushi, shu yu shou chang, sui cheng bashou, wei Xun shi balong zhi zhao.» 鄭房季為閫君。如君新設二榻。并祝宜男。諸同人各擬賦詩。屬予首倡。遂成八首。為荀氏八龍之兆。 :

鴛鴦繡榻并時安   恰好題名字合歡    一度春風梅子結    明年三月試新酸

« Les chants se matérialisent »

Quand, sur le lit brodé, les oiseaux yuan et yang en sont venus à l’apaisement,
L’heureux moment arrive des prénoms échangés, des promesses d’union éternelle et joyeuse.
Mais elle tremble soudain, songeant qu’au souffle amoureux du printemps les fruits des pruniers se nouent.
L’an prochain, ne connaîtra-t-elle pas des douleurs inéprouvées ?

Je reporte à plus tard l’évaluation de ces traductions, et espère pouvoir fournir rapidement le texte du premier des trois poèmes de Li Yu, voire même de nouvelles traductions de ces lascivetés parfumées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *