Le Moine Mèche-de-lampe (1)

Le Moine Mèche de Lampe (1998)

Le Moine Mèche de Lampe (1998)

Notice sur le Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳pour Gaetan Brulotte, John Phillips (eds.),
Encyclopedia of Erotic Literature (Routlegde, 2006) (Version française inédite – version anglaise)

Le Moine Mèche-de-Lampe

Il n’y a aucune chance que ce petit roman coquin en douze chapitres soit l’œuvre de Gao Ming (mort en 1359), célèbre poète et dramaturge de la dynastie des Yuan (1279-1368), à qui il fut attribué. La recherche à partir des pseudonymes qui l’accompagnent conduit à d’autres ouvrages licencieux mineurs, mais n’aboutit à aucune attribution. Sa première mention sur une liste de proscription en situe la diffusion à une date antérieure à 1810 — il y survivra sous différents titres. Il date plus vraisemblablement de la fin des Ming (1368-1644) ou du tout début des Qing (1644-1911), ce qui en fait un digne représentant de la production romanesque en langue vulgaire de ce milieu du XVIIe s. chinois si riche en romans de ce genre. Il s’en distingue néanmoins par une tonalité rare dans ce domaine en combinant à un érotisme torride, l’humour et le fantastique, faisant preuve au passage d’une imagination débridée. Il repose pourtant sur une source ancienne en langue classique qui figure dans les Youyang zazu (Mélanges de Youyang) du grand lettré Duan Chengshi (vers 800-863). Ce court texte intitulé « Liu Jizhong » implique une sorcière de petite taille qui sort d’une lampe pour semer le désordre chez un respectable mandarin. Ce motif figura par la suite au répertoire des conteurs publics des Xe et XIe siècles, sous le titre de « Deng hua popo ». (« La Vieille à la lampe fleurie »). On le retrouve aussi dans un roman de la fin des Ming revu par Feng Menglong (1574-1646), le Pingyaozhuan  ou Histoire de la Pacification des démons. Ne reculant devant aucune provocation, l’auteur se l’approprie pour le développer dans le registre érotique. Ce n’est plus seulement une unique démone qui cause la mort de la maîtresse de maison, mais toute une famille de démons, à savoir la mère, le fils – notre Moine Mèche-de-Lampe – et ses sœurs, quatre succubes à la beauté renversante, qui investissent successivement la maison du mandarin Yang.
Une fois introduit, le petit moine que sa mère a fait sortir d’une mèche de lampe comble Dame Wang, l’épouse délaissée du mandarin. Sa taille qui varie selon les désirs de sa partenaire, lui permet non seulement d’agir en amant conventionnel extrêmement performant, mais aussi de s’immiscer dans tous les interstices de l’anatomie féminine lorsqu’il n’est pas plus grand que trois pouces. Il se nourrit des sécrétions vaginales de ses partenaires auxquelles il procure des plaisirs jusqu’alors insoupçonnés. Pour lui éviter les foudres de son mari, Wang est bientôt obligée de confier son protégé à Jade – sa servante à peine âgée de seize ans -, qui s’en entiche. Un jour, le mandarin abuse d’elle et le découvre niché entre ses seins. Il le rosse à mort. C’est le moment que choisissent mère et filles démones pour intervenir. Ramené à la vie, le Moine reprend ses activités lubriques, pendant qu’une de ses sœurs fait de même avec M. Yang dans un déferlement charnel pimenté par des prouesses de magie érotique. Le lendemain, les six démons disparaissent en promettant de revenir pour conclure l’union du Moine avec la fille de la maison, Changgu, quinze ans. Pour s’en prémunir, Yang et sa femme décident de précipiter un mariage arrangé de longue date avec un jeune libertin porté sur la chose. Or, c’est avec un clone particulièrement versé dans l’ars erotica qu’il convole le soir de ses noces, au grand dam de la jeune vierge condamnée à observer les prouesses sexuelles de son époux. Quand la mystification est révélée, on éloigne le jeune marié et c’est M. Yang qui le remplace auprès de celle qui a pris l’apparence de sa fille et qui est en réalité une des sœurs du Moine. Leurs ébats sont torrides et plonge M. Yang dans une confusion telle qu’il est proche d’abuser de sa propre fille. Celle-ci part dans sa belle famille jouir du commerce charnel avec son véritable époux. Délaissée par le sien, Wang en profite pour invoquer le petit Moine qui réapparaît sous une apparence encore plus séduisante et dans des dispositions encore plus lubriques. Après le retour des jeunes mariés, il séduit Mlle Yang. Leur commerce conduit le cocu à répudier son épouse qui meurt d’avoir trop copuler. Lors des cérémonies funéraires, M. Yang meurt à son tour, laissant une épouse et une servante, entre-temps devenue mère de son héritier, à la recherche d’amants.  Elles mettent le grappin sur un bonze bien membré qu’elles se partagent équitablement, bien qu’il ait un faible pour Wang. Il finira par l’épouser comme il avait été prédit par le Moine Mèche-de-Lampe. Mais ceci n’intervient qu’après que Wang eut fait un pèlerinage à Hangzhou, pendant lequel elle a eu de nouvelles aventures sexuelles avec des bonzes. Le soir de leurs retrouvailles, le petit moine apparaît une dernière fois et révèle que son intervention n’avait pour but que de punir le mandarin Yang pour un jugement inéquitable rendu  du temps de son service, prouvant pour qui en douterait que chaque acte félon est puni ici-bas.

La complexité de la trame romanesque n’est en fait qu’un prétexte pour enfiler des aventures amoureuses aussi variées que possible et donner une certaine tenue à un ensemble de permutations. La crudité des débordements outranciers et orduriers, occasionnés par ces situations scabreuses est sauvée par la revendication de l’émancipation totale de la femme par rapport à une société confucéenne hypocrite.
Le propos est à ce point marqué que l’on est fondé à se demander si l’auteur de ce roman remarquable à bien des égards n’est pas une femme.

Ce petit bout de crâne rasé, qui s’échappe d’une lampe le soir et grandit selon la volonté féminine, pourrait bien être le fruit de la rêverie d’une épouse frustrée. De plus, ce moine-là – un coup petit, un coup grand – n’est-il pas une saisissante métaphore du sexe masculin ? L’extrémité de cet organe dans toute sa splendeur est justement très souvent comparée à un crâne de bonze fraîchement rasé. S’il n’est pas l’œuvre d’une femme, il est destiné à un public également composé de femmes, c’est une sorte de godemiché littéraire.

The Candlewick Monk

There is little chance that this twelve-chapter long erotic novel was the work of Gao Ming (who died in 1359), the Yuan dynasty (1279-1368) poet and playwright to whom it is generally attributed. Research on the pseudonyms which accompany it leads to other minor licentious works, but unfortunately to no attribution.

The banned-books list on which the novel appears for the first time nonetheless indicates that it was circulated prior to 1810 – and it did, indeed, survive proscription under various titles. It most likely dates back to the late Ming dynasty (1368-1644) or early Qing (1644-1911), and thus exemplifies the rich production of erotic fiction written in the vernacular language of mid-seventeenth century China. The Candlewick Monk, (Dengcao heshang zhuan) however, differs from the bulk of erotic novels of that time in its unusual combination of torrid eroticism, humour and fantasy, which together display the author’s unbridled imagination.
Yet this little novel is actually based on an earlier source written in classical Chinese and featured in the Youyang zazu (Miscellaneous Morsels from Youyang), a collection of anecdotes and tales recorded by the famous literati Duan Chengshi (ca. 803-863). In that collection, a short text entitled “Liu Jizhong” involves a small witch who springs out of a lamp to sow discord in the mansion of a respectable official. The same plot is later found in the repertoire of public storytellers of the tenth and eleventh centuries, who used it as a narrative under the title “Denghua popo” (Auntie Candleflame). It can also be found in the late-Ming rewriting of the novel Pingyao zhuan (Suppressing the Demon’s Revolt) by Feng Menglong (1574-1646).

Never afraid of being provocative, the author of The Candlewick Monk appropriates this plot and adapts it in the erotic style. No longer is a single she-demon the source of problems, but an entire family of demons: mother, son – the Candlewick Monk – and his sisters, four succubae of astounding beauty who take over the house of Mandarin Yang. Once ushered in, the cunning little Monk who has sprung out of a candleflame, starts fulfilling the sexual wishes of  Lady Wang, Mandarin Yang’s neglected wife. The Monk not only varies his size in order to explore all the interstices of the female anatomy, he also feeds on the vaginal secretions of his partners, to whom he brings previously unsuspected pleasures. In order to save him from her husband’s wrath, Lady Wang feels compelled to entrust the Monk to the care of her sixteen-year-old maidservant Jade, who quickly develops a passion for him as well. One day, while taking advantage of Jade, Mandarin Yang discovers the little Monk nestling between her breasts and beats him to death. The mother-demon and her daughters intervene, bringing the little Monk back to life so he can resume his lustful activities, while one of his sisters engages Mr Yang in a tide of carnal debauchery spiced up with feats of erotic magic. The following day, the six demons vanish after promising to return and conclude the union of the Monk with Changgu, the fifteen-year-old daughter of the house. To guard against it, Yang and his wife rush their daughter into a pre-arranged marriage with a young libertine, himself also very partial to matters of sex. It is however a clone of the bride that the groom actually weds, much to the chagrin of the young virgin Changgu, who must remain a mere spectator to her husband’s expertise in the ars erotica. When the hoax is uncovered, the bridegroom is removed and Mr Yang takes his place. The ensuing love-making plunges Mandarin Yang into such confusion that he finds himself close to raping his own daughter. The real daughter leaves her home to live with her in-law’s. Lady Wang seizes the opportunity to call on the little Monk, who reappears blessed with even more handsome features and a larger sexual appetite. After the newly-weds return, the Monk seduces the young Ms Yang, causing the cuckold to repudiate his wife, who soon passes away for having copulated too much. During the funeral, Mr Yang, the father of the deceased, dies, leaving behind a widow and a maidservant (whom, in the meantime, has given him a son) longing for lovers. The two women eventually get their claws on a strong-limbed bonze whose services they share. The bonze ends up marrying Lady Wang, as predicted by the Candlewick Monk, but only after Wang’s pilgrimage to the city of Hangzhou, where she has affairs with other bonzes. On the eve of her reunion with her soon-to-be new husband, the little Candlewick Monk makes one last appearance and reveals that the purpose of his original intervention in the story was to punish Mandarin Yang for an iniquitous sentence he had passed while in office, thus proving that each felony committed in this world is invariably rewarded in kind.
The complexity of the plot merely serves as a pretext to broach a wide variety of sex scenes displaying as many permutations as possible. However coarse and lewd are the story’s sexual and verbal excesses, the claim for a total liberation of women from the yoke of a hypocritical Confucian society nonetheless rescues the novel. This intention runs through the whole story and marks it in such a clear way that one is left wondering whether the author of this remarkable novel is not actually a woman.

That mischievous Monk whose size grows according to women’s will could well be the fruit of a frustrated spouse’s daydreaming. Moreover, isn’t this “now-big-now-small” motif a striking metaphor for the male sex organ? In Chinese culture, the glans of the penis is indeed very often compared precisely to the clean-shaven head of a bonze.
If, by chance, this novel turned out not to have been written by a woman, it was nevertheless clearly intended to be read by women. As such, it could, in short, be said to constitute some sort of literary dildo.

(Traduction anglaise : Victor Thibout. Brulotte, Gaetan, Phillips, John (eds.),
Encyclopedia of Erotic Literature. New York – Londres : Routlegde, 2006, pp. 332-334.

Traduction :

  • Le Moine Mèche-de-Lampe. Roman pornographique du début des Qing. Traduit du chinois et présenté par Aloïs Tatu. Arles : Editions Philippe Picquier, Collection « Le pavillon des corps curieux », 1998. 169 p. Réédition en collection « Picquier Poche»,    n° 173, 2002. 169 p.

Sur Dengcao heshang zhuan, voir également : « Le Moine Mèche de lampe (02) » : http://kaser.hypotheses.org/515


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *