Un conte chinois en quête d’éditeur

XMPY9-IllLe premier semestre de l’année s’achève. Il aura permis à une petite équipe composée principalement d’étudiants de la spécialité « Recherche en sinologie » du master Aire culturelle asiatique de l’Université Aix-Marseille, de traduire un conte chinois en langue vulgaire à raison de deux heures par semaine pendant une douzaine de semaines.

Le texte au programme était une adaptation d’un récit de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715)  tiré du Liaozhai zhiyi 聊齋誌異  (intégralement traduit par André Lévy sous le titre de Chroniques de l’étrange, Picquier, 2005). Il s’agit du neuvième conte du Xingmeng pianyan 醒夢駢言 (Propos raffinés pour sortir des songes). Cette traduction, qui est en cours de finition, a pour vocation à être diffusée le plus largement possible ; elle est donc en quête d’éditeur. Elle ne peut naturellement se présenter nue ; voici en deux mots les éléments qui pourraient l’accompagner (ils seront également offerts à l’éditeur tenté par l’aventure) :

  • Présentation de Pu Songling et de son œuvre majeure le Liaozhai zhiyi, suivi d’un bref exposé sur l’influence de la collection, notamment sur la fiction en langue vulgaire, développement qui comprendra une introduction au recueil de contes qui propose le texte traduit. (15/20 pages)
  • Une nouvelle traduction du 104e récit du Liaozhai zhiyi, « Liancheng » 連城. Elle pourrait être fournie en regard de la reproduction d’un manuscrit ancien du recueil et être accompagnée de la traduction des commentaires anciens reçus par ce récit. (10 ou 20 pages)
  • La traduction proprement dite qui devrait, avec ses notes (une vingtaine) constituer un ensemble de quelque 60 000 signes (30/35 pages)
  • Une analyse des thèmes illustrés par le conte et de la manière dont celui-ci modifie le texte source (de 30 à 50 pages).
  • Bibliographie sommaire….
  • Soit un ensemble de 100 à 150 pages auquel pourrait être ajoutée la reproduction d’une adaptation moderne du récit initial en version bande dessinée, dûment traduite (30 pages).

Le travail visait au départ à documenter une réflexion sur les conséquences sur une fiction, du passage de la langue classique à la langue vulgaire, ainsi qu’à fournir la matière pour pratiquer la traduction de sources en classique et en vernaculaire.

L’ensemble serait livrable à la fin de l’été 2014, contre la cession d’un nombre d’ouvrages à distribuer à chacun des contributeurs de la traduction.

Reste à trouver un titre à ce petit livre …. ce pourrait être « un bonheur parfait », « électives affinités » ou « un amour fou », car un jeune lettré peu fortuné tombe amoureux de la fille d’un riche marchand inculte et, bien qu’il n’ait jamais eu l’occasion de la voir, il n’hésite pas à se sacrifier pour lui sauver la vie : d’abord, en offrant un peu de la chair de son corps, puis en partant à sa recherche dans l’au-delà. Son amour fou est né non pas d’une attirance physique mais de la certitude qu’ils sont faits l’un pour l’autre, et qu’elle est cet être cher, unique, qui seul peut le comprendre intimement. Après bien des péripéties qui permettent au conteur de dénoncer les travers viciés du monde des vivants, le jeune homme arrive à ses fins et se voit même gratifier d’une seconde épouse : comble du bonheur, les deux épouses seront égales face au mari et aussi proches l’une de l’autre que des sœurs.

Alors, qui est intéressé ? Plus de détails et le texte sur demande à Pierre.Kaser@univ-amu.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *