Les Dix jours de Yangzhou (suite)

La traduction est une occupation solitaire, le travail de recherche qui l’entoure également. Pour alléger le poids de cette pesante solitude, j’ai tenté de faire partager mon intérêt pour le Yangzhou shiri ji 揚州十日記 à mes étudiants de master, lesquels se sont ainsi retrouvés confrontés à des extraits  directement tirés de l’ouvrage ou ayant un rapport avec lui (voir ici, les 3 derniers billets). Si je n’ai pas soulevé une vague d’enthousiasme, j’ai néanmoins reçu, en retour de mes perfides sollicitations, une attention polie et somme toute relativement studieuse que je souhaite saluer ici ; j’en profite également pour remercier chaleureusement celles et ceux qui ont contribué à ma recherche en me procurant des documents chinois difficiles d’accès.

Il n’en reste pas moins que, mis à part celui à qui elle est dédiée, peu de mes proches ont encouragé la réalisation de cette traduction, qui, j’en conviens, concerne un sujet fort éloigné de ceux que j’explore d’ordinaire, et qui me détournait, une fois de plus, de la traduction qu’on attend de moi depuis des lustres, à savoir celle du Shi’er lou 十二樓 (Douze pavillons) de Li Yu 李漁.

La page est maintenant tournée ; le « BAT » est signé. Le produit de ce travail, qui, même s’il s’est écoulé sur plus de deux ans, ne m’a pas mobilisé en continu (en fait, les mois de juin et de septembre 2012 ont été décisifs), sera bientôt accessible au public curieux des choses chinoises et des faits historiques marquants. Le moment d’observer sa réception est, enfin, arrivé.

J’attends (sans le redouter) un naturel flot de critiques : d’une part, même si j’ai pris beaucoup de précautions et consulté beaucoup de sources, je ne suis pas historien ; d’autre part, il me semble que la traduction aurait encore pu évoluer — elle l’a du reste fait dans la dernière ligne droite, mais pour prendre une direction que je voulais au départ lui éviter d’emprunter. En effet, j’ai validé la plupart des modifications proposées par la correctrice au risque de trahir un texte dont l’expression est parfois très sommaire et souvent répétitive. La version actuelle est donc légèrement plus « littéraire » que le document brut de Wang Xiuchu, mais, sans doute, est-ce un moindre mal… la lecture de son témoignage n’en reste pas moins suffisamment pesante comme cela ; le rendre dans sa rugosité initiale aurait sans doute rebuté encore plus de lecteurs. J’aurais également pu fournir l’ensemble des variantes que l’on rencontre entre les différentes éditions du texte, voir le barder d’un appareil de notes encore plus dense, etc. : si l’on m’en fait le reproche, je ne pourrais qu’approuver. Mais, les lecteurs réservent souvent de bien cuisantes surprises : j’avais pu en faire l’expérience avec de précédentes traductions [voir ici, mais aussi ].

Cette fois les premières surprises m’ont été occasionnées par l’éditeur lui-même.

La première tient dans le choix de la couleur de la couverture qui, comme une flaque de sang frais, enrobe l’illustration empruntée à un tirage ancien de l’œuvre (voir l’illustration de ce billet). C’est donc sur un rouge écarlate que le titre se détache clairement en blanc.

La deuxième surprise me fut causée par la lecture du texte de la quatrième de couverture, laquelle m’a offert  sur l’ouvrage un éclairage revivifié. On sait combien est important  ce « haut lieu stratégique » (Gérard Genette, Seuils, 1987, p. 28) qui doit servir à appâter des lecteurs de plus en plus blasés. Pour mes précédentes traductions, l’éditeur m’avait mis à contribution pour réaliser (à l’œil) cette part du travail éditorial qui lui revient naturellement, et j’avais souffert pour retrouver un peu de fraîcheur et un minimum d’enthousiasme. Le court texte commence par une citation du texte dont l’aspect dramatique est rappelé et la portée soulignée :

Le silence se fit à nouveau, mais à ce moment, j’avais perdu la raison, mon cœur était en feu, mes yeux incapables de répandre des larmes, mon estomac noué, je ne contrôlais plus mon corps.

En 1645, en Chine, les Mandchous renversaient par les armes la dynastie des Ming pour s’emparer de l’Empire du Milieu – qu’ils devaient gouverner jusqu’en 1911. La ville de Yangzhou, réputée pour son opulence, opposa une résistance à l’avancée des envahisseurs : ceux-ci firent un exemple ; ils se livrèrent à un massacre tel que l’histoire de l’humanité en a peu enregistré dans ses annales. En l’espace de dix jours de carnage, de viols, de pillages et d’incendies, 300 000 personnes auraient été exécutées.

Wang Xiuchu, un négociant, survécut à ces heures terribles. Il écrivit à chaud, comme pour en exorciser l’effroi, le récit de ses errances dans la ville vouée à l’enfer. Son texte bref et cinglant nous livre un témoignage sans exemple des violences inouïes endurées par les populations, les sentiments effarés d’un survivant.

C’est qu’il appartient avant tout à une littérature qui s’applique, de bien des façons et quoi qu’il en coûte, à restituer à la face des hommes leur propre capacité à la cruauté, sous toutes les latitudes et de tous les temps.

Comment résister ? La sortie de l’ouvrage est annoncée pour le 23 15 février au prix conseillé de 15 €. Vous pouvez, d’ores et déjà, vous rendre sur le site des Editions Anacharsis.


2 réflexions au sujet de « Les Dix jours de Yangzhou (suite) »

  1. Merci pour ce beau travail, introduction savante mais non pesante, et traduction fidèle laissant percer les hésitations d’un témoin non lettré mais soucieux de vérité.
    Grâce à ce témoignage, beaucoup de choses s’éclairent sur la position des peintres de Yangzhou ou d’ailleurs, lors de la conquête mandchoue.
    Votre ouvrage est au programme de notre club de lecture nantais, séance du 5 mars 2014.

  2. Félicitations Mr Kaser, préparez votre plume pour une dédicace !!!!!!! amicalement françoise P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *